Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Découvrir l'Histoire en lisant
  • : Bibliographies , histoire , fiches de lecture , romans historiques , polar et romans noirs : mille et un auteurs , mille et une feuilles à lire , mille et une ... histoire !
  • Contact

Recherche

4 décembre 2021 6 04 /12 /décembre /2021 16:35
Dominique MANOTTI  :  "Marseille 73"

1973 a été une année mouvementée à Marseille. Avec le commissaire Théo Daquin, le lecteur a vécu durant le premier semestre la fin de la French Connection et la naissance des spéculations criminelles liées au commerce du pétrole ( "Or noir" - voir ICI ). Toujours avec Théo, ce nouveau roman de Madame Dominique Manotti explore une crise sociale sur fond de racisme qui à Marseille et en France va conduire à de nombreux meurtres durant le second semestre 1973. 

Dans "Or noir" j'avais adoré le polar qui avait permis de dénoncer des malversations criminelles. Dans "Marseille 73", l'actualité rythme le récit et met en avant un énorme travail de recherches historiques menées par l'auteure. L'enquête de Daquin et des ses deux adjoints Grimbert et Delmas constitue un fil conducteur ténu et cela laisse de la place pour mettre en avant des personnages secondaires qui permettent d'illustrer toutes les facettes d'une crise dont l'origine se trouve dans la circulaire Marcellin-Fontanet. Cette instruction gouvernementale va transformer les travailleurs immigrés, main d'oeuvre bon marché souvent venue d'Afrique du Nord, en clandestins. Des clandestins arabes, surtout algériens ... le racisme se répand alors comme une trainée de poudre.

Le contexte marseillais de 1973 se prête bien à l'écriture du roman noir du racisme. Il y a ceux de l'OAS, la Guerre d'Algérie n'est pas si loin. Parmi les partisans de l'Algérie française, certains sont devenus braqueurs, d'autres se sont rangés et reconvertis dans les affaires parfois au plus près des pouvoirs locaux. Les anciens de l'OAS sont nombreux à Marseille, les pieds-noirs aussi. Daquin et son équipe doivent se renseigner sur l'UFRA, l'Union des Français repliés d'Algérie, dont les membres les plus nostalgiques de l'Algérie française verraient bien prolonger leur sentiment anti-immigrés maghrébins par des actes terroristes.

Marseille a peur des immigrés devenus clandestins. Un Comité de défense des Marseillais voit le jour. Les assassinats d'algériens se multiplient, expéditions punitives que la Police ignore en les expliquant par de banals règlements de compte entre délinquants. Les magistrats ferment les yeux. En réponse à la chasse aux arabes, les partis de gauche et syndicats appellent à la grève, celle du 3 septembre gagne toute la France, le Mouvement des travailleurs arabes est à la pointe des revendications anti racistes. En réaction, la Cimade, association de soutien aux migrants, réfugiés, déplacés, demandeurs d'asile et étrangers en situation irrégulière subit des intimidations. Dominique Manotti raconte avec beaucoup de talent des évènements historiques oubliés, méconnus ou cachés qu'elle assemble avec la rigueur de l'historien. Les personnages fictifs servent à renforcer la véracité des faits.

A Marseille, la famille Khider n'est pas épargnée par cette tragédie. Le jeune Malek a été assassiné, tué par balles. Enquête bâclée par la Police urbaine de Marseille et tout particulièrement par le commissariat du XVème arrondissement. Un jeune avocat très engagé dans le soutien aux travailleurs immigrés va obtenir de la famille Khider qu'elle se constitue partie civile. Se constituer partie civile, c'est avoir accès au dossier d'instruction, c'est découvrir les points faibles de l'enquête et ainsi pouvoir fouiller et approfondir tout ce qui est superficiel.

L'enquête de l'équipe Daquin du SRPJ est marginalisée. Pas facile de prouver des activités clandestines proches du terrorisme. Sauf peut-être à risquer des écoutes par micros dissimulés. Mais c'est illégal. Lorsque le dossier UFRA recoupe l'affaire Malek Khider en plusieurs points, le récit s'emballe et l'Histoire cède la pas à un final mené tambour battant, suspense et rebondissements sont au rendez-vous.

Le style de l'auteur est toujours très direct, narration au présent, immersion auprès de tous les protagonistes quelque soit leur bord, documentation abondante et pertinente. L'ensemble constitue un récit à la fois historique, politico-social, judiciaire et policier efficacement construit. C'est sans doute cet habile mélange qui définit un excellent roman noir.

Dominique Manotti : Marseille 73. Parution le 10 juin 2020, Éditions des Arènes, collection Equinox.  ISBN 979-10-375-0119-6.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires