Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Découvrir l'Histoire en lisant
  • : Bibliographies , histoire , fiches de lecture , romans historiques , polar et romans noirs : mille et un auteurs , mille et une feuilles à lire , mille et une ... histoire !
  • Contact

Recherche

3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 17:33
Thierry  BOURCY  ( suite )

Le crime de l'Albatros : depuis le troisième tome relatant les aventures de Célestin Louise , flic et soldat , voir ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-thierry-bourcy-suite-63833356.html  , j'imaginais que le héros allait rejoindre les Brigades du Tigre à la fin de la guerre ... Avant de lire ce nouveau titre , j'imaginais que l'Albatros faisait rérérence à l'avion de chasse allemand mis en service sur le front en 1917 ...

Nous sommes au printemps 1919 , à la fin de la guerre les studios de cinéma Albatros situés à Montreuil à l'est de Paris , ont été rachetés par un producteur de cinéma d'origine russe Alexandre Mekinoff. Ce dernier vient d'être découvert poignardé dans un décor de film en court de tournage. L'enquête est confiée à Célestin Louise qui a  intégré les fameuses Brigades du Tigre. C'est une police ultamoderne pour l'époque, utilisant des techniques novatrices ( fichiers , photographies et autres progrès de la science ) ainsi que des véhicules puissants et rapides comme la voiture Chenard & Walcker que Célestin va utiliser tout au long de ses recherches. Le crime est très présent à Paris : faux monnayeurs , trafics et escroqueries en tout genre et puis il y a l'affaire Landru. 

Pour Célestin Louise , le retour à la vie civile est douloureux. Périodiquement des images du front lui reviennent , les tranchées , le fracas des tirs et des explosions , la mort. Sans cesse , la rencontre de gueules cassées lui rappelle les terribles conséquences des quatres années de combats. Cette souffrance intérieure s'exprime par de longs silences et une profonde tristesse. La vie civile lui semble tantôt absturde , tantôt révoltante. Ses relations avec Jeanne qui partage sa vie , en pâtissent. Jeanne est une efficace secrétaire aux bureaux des Brigades du Tigre situés rue Greffuhle à Paris. 

Qui a bien pu assassiner Alexandre Mekinoff ? S'agit-il d'une exécution organisée par les bolchéviques ? Célestin Louise n'y croit pas . Il trouve suspecte la fortune de Mekinoff qui avant guerre vivait dans une modeste famille. Durant le conflit il fut brancardier au 35ème Régiment d'Infanterie. Alors Célestin va retourner sur le front pour interroger les survivants du 35ème RI. Il s'attache les services de Germain Béraud qui n'a pas encore été démobilisé et au volant d'une Chenard & Walcker les deux compères rejoignent la zone rouge. Ce n'est pas l'enquête qui a proprement parlé m'a le plus passionné. Par contre les champs de bataille après les combats ( ils ont cessé environ cinq mois avant ce road movie ) ont été pour moi une découverte surprenante et émouvante. Certes j'imaginais les paysages dévastés , les maisons en ruine , les terres agricoles semées d'obus non explosés. Mais il y a aussi les ouvriers chinois , la recherche puis l'identification des cadavres qui se poursuit inlassablement. Des soldats veillent à la reconstruction qui s'amorce grâce aux aides de l'Etat ce qui ne manque pas d'attirer tous les vautours avides d'enrichissement facile. Après la zone rouge , Célestin et Germain rejoignent Metz qui était allemande avant la guerre. Puis ils passent la frontière vers les régions allemandes occupées par l'armée française.

Cette ultime confrontation de Célestin Louise avec la guerre et ses terribles conséquences ne lui permettra pas de retrouver le calme et la sérénité de la paix enfin revenue. Finalement Célestin et Jeanne embarquent pour les Etats Unis d'Amérique afin de commencer une nouvelle vie.

Ainsi se terminent les six enquêtes de Célestin Louise flic et soldat sur le continent européen , série dont je recommande vivement la lecture. Une fois passée la déception , je me suis jeté sur "Au revoir là-haut" de Pierre Lemaître que j'avais jusqu'alors négligé alors qu'il trônait  bien en vue dans ma bibliothèque.

Partager cet article
Repost0

commentaires