Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Découvrir l'Histoire en lisant
  • : Bibliographies , histoire , fiches de lecture , romans historiques , polar et romans noirs : mille et un auteurs , mille et une feuilles à lire , mille et une ... histoire !
  • Contact

Recherche

11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 18:55
André  PAYAN - PASSERON

André Payan-Passeron est licencié d'histoire et géographie. Avec le professionnalisme de l'historien, il a voulu retracer le parcours de son grand-oncle Joseph et de son grand-père Césaire durant la guerre de 1914-1918. Pour ce faire il a utilisé les archives du ministère de la défense mais il a aussi disposé des correspondances de l'époque échangées entre ses deux ancêtres et leur famille, autant de témoignages émouvants qui apportent parfois un regard nouveau sur les combats et rétablissent quelques vérités que les états-majors de l'époque ont occultées. Le résultat de ce travail de mémoire est à la hauteur des tragédies relatées.

Quelques vérités sur la guerre de 1914 - 18

Deux frères, Joseph et Césaire, "Morts pour la France"

Les frères Joseph et Césaire Payan sont originaires d'un village montagnard de la haute vallée du Var. A la mobilisation d'août 1914, Césaire est artisan et maire de son village d'Entraunes et Joseph ouvrier à la poudrerie de Saint-Chamas près de Marseille. Joseph est mobilisé au 141ème Régiment d'Infanterie de Marseille, dés la nuit du 8 au 9 août 1914 son régiment est sur le front de Lorraine. Son Histoire constitue la première partie de ce livre.

L'auteur situe avec précision le régiment de Joseph dans les cinq armées qui constituent l'Armée française et regroupent quelques 3 580 000 hommes. Les passionnés de généalogie militaire apprécieront cette revue d'effectifs et les organigrammes précis. Mais il n'y a pas que cela, l'auteur sait habilement doser ce qui pourrait être appelé de la recherche fondamentale et le récit quotidien, bivouacs et combats violents, qui passionne comme un roman. Plus parlant que les mots, de nombreuses cartes situent les champs de bataille, les positions et les mouvements des unités françaises et allemandes. Joseph connait le baptême du feu le 14 août dans la région de Lunéville-Dieuze-Sarrebourg. Pour la France, c'est l'époque des défaites, le 3 septembre 1914, les forces allemandes sont à seulement 30 kilomètres de Paris. Les témoignages de Joseph et les extraits de JMO ( journal des marches et opérations ) des unités concernées permettent de rétablir une part de la vérité, de dénoncer des ordres très critiquables du GQG et des rivalités entre généraux dont les conséquences seront catastrophiques. Joffre cherche à minimiser, auprès de l'opinion publique, son rôle dans ce désastre, il parle de défaillances individuelles et collectives d'unités comme celles composées de Méridionaux du Sud-Est. Joffre "fait fonctionner ferme les conseils de guerre", des soldats sont condamnés, certains seront fusillés. L'abnégation d'unités entières décimées occultée par le GQG est mise en avant par l'auteur pour une réhabilitation méritée.

Joseph participe ensuite à la grande bataille de la Marne en septembre 1914 puis dans le secteur de Verdun pendant dix huit mois, jusqu'en mars 1916, succession de périodes d'un calme précaire, de rares et courtes permissions avant l'enfer. Cartes des opérations pour comprendre, photos et extraits de correspondances pour témoigner permettent de reconstituer et de rappeler ce que fut Verdun : " Quelques troncs d'arbres vont subsister, les tranchées disparaissent, les boyaux sont pulvérisés, les abris écrasés et le terrain ne sera plus que trous d'obus encore visibles de nos jours. Forêts et champs vont se transformer en paysages lunaires" ( page 112 ). De nouveau des défaillances sont montrées du doigt. Mais peut-on parler de défaillance ? Peut-on menacer du Conseil de Guerre un militaire qui aurait été fait prisonnier sans avoir été blessé ?

Joseph est mort en héros le 22 mars 1916, il n'a pas de sépulture. Son bataillon du 141ème Régiment d'Infanterie a été exterminé, son cadavre est enseveli, suite aux bombardements, à Haucourt dans la terre de Lorraine.

L'Histoire de Césaire Payan constitue la deuxième partie de ce livre. Césaire est mobilisé au 6ème Bataillon de Chasseurs Alpins de Nice. Agé de 35 ans, marié et père de deux jeunes enfants, il ne rejoint le front que fin mars 1915. Il combat jusqu'en novembre 1915 dans le sud des Vosges, à l'est de Gérardmer. L'auteur fait partager la vie de combattant de Césaire. Mais ce dernier est marié, son épouse est institutrice ( elle sait écrire ), le lecteur a donc aussi connaissance des lettres qu'elle adresse à son mari et à sa famille, ce qui constitue le récit de la vie d'une famille "de l'arrière".

Le 21 novembre 1915, Césaire est muté au 65ème Bataillon de Chasseurs à pied qu'il ne quittera pas. Son unité va être affectée successivement sur les plus grands champs de bataille du nord et de l'est. Césaire va connaître l'enfer de Verdun, non loin de son frère Joseph. Son périple est instructif pour le lecteur qui découvre d'autres terribles batailles offensives ou défensives : la Marne, la Somme en 1916 et en 1918, le Chemin des Dames en 1917, la Lorraine, l'Alsace. Dans les récits se succèdent l'atrocité des combats, la peur et la détresse des familles, l'espoir des retrouvailles lors des permissions.

Il y a eu durant ce premier conflit mondial des exploits héroïques ignorés et même parfois contestés. D'autres sont reconnus au plus haut niveau. Le bataillon de Césaire est félicité par le généralissime Joffre en octobre 1916, pour "son entrain et son allant dans la victoire".

Alors que les dernières offensives alliées sont lancées et que la victoire se profile, le 4 septembre 1918, Honorine, l'épouse de Césaire écrit : "Sa dernière carte ... est datée du 20 août : depuis lors je ne reçois plus rien". Les mots "angoisse", "espoir", "frayeur" suivent. 

Césaire a été tué par éclats d'obus le 20 août 1918 à Villers-lès-Roye ( Somme ). Il sera décoré à titre posthume de la Croix de guerre et de la Médaille militaire. Son petit-fils écrira son histoire et celle de son grand-oncle Joseph, des histoires instructives et émouvantes.

André Payan-Passeron est publié chez l'Harmattan, voir ici http://www.editions-harmattan.fr/index.asp 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires