Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Découvrir l'Histoire en lisant
  • : Bibliographies , histoire , fiches de lecture , romans historiques , polar et romans noirs : mille et un auteurs , mille et une feuilles à lire , mille et une ... histoire !
  • Contact

Recherche

1 décembre 2017 5 01 /12 /décembre /2017 15:11
Lee  JACKSON

Le cadavre du métropolitain : le "métro" de Londres fut inauguré le 10 janvier 1863. C'est le premier au monde, il s'appelait "Metropolitan Underground Railway". Il faut imaginer une locomotive tractant des wagons en bois, certains sans toit ! Malgré les nuisances pour les passagers ( bruits, fumées de suie ) ce fut un immense succès. La première ligne reliait Farrigdon ( centre de Londres au nord de London Bridge ) à Paddington ( au nord - ouest de Londres ) via Baker Street.

C'est à Baker Street que l'histoire commence. Une femme reste seule dans un wagon à l'arrêt. Elle est morte. Elle a été assassinée. Baker Street, un lieu symbolique pour le commencement d'un suspense policier. Il y a un suspect, l'homme qui se tenait à côté du cadavre et qui s'est enfui en courant en abandonnant son chapeau et un mystérieux carnet aux pages couvertes de notes manuscrites décrivant Londres et ses habitants, notamment les plus pauvres.

L'enquête est prise en charge par l'inspecteur Decimus Webb du commissariat de Mary lebone Lane. Son entrée en scène est magistrale, il arrive sur les lieux du crime en vélocipède ( le vélo à pédale de Pierre Michaux ). Mais comme l'écrit l'auteur page 12 " laissons Baker Street pour l'instant ". Il est bien dommage d'abandonner un symbole comme Baker Street. L'histoire perd peu-à-peu de son intérêt. Le suspense est très long à se mettre en place. Les nombreux personnages et les situations très diverses constituent une sorte de puzzle que le lecteur se lasse de trier car il n'entrevoit aucun tableau. Decimus Webb brille par son absence. Il faut s'attacher aux pas du suspect, Henry Cotton, pour ne pas se perdre et découvrir le lien entre le métropolitain et l'étrange foyer d'Helborn pour femmes repenties.

Il subsiste un seul point d'intérêt pour le lecteur, une visite approfondie de Londres au début de l'année 1864. La plongée dans les bas-fonds de la capitale est saisissante de vérité, les délaissés tentent de survivre dans la boue de la Tamise, dans les bouges sordides ou dans les taudis surpeuplés où les conditions de vie sont misérables avec les violences faites aux femmes, la prostitution, le vice, les vols. Cette visite permet de poursuivre la lecture jusqu'à la fin de ce roman dont l'intrigue policière est particulièrement ténue.

Bibliographie de l'auteur ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/2017/05/lee-jackson.html 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires