Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Découvrir l'Histoire en lisant
  • : Bibliographies , histoire , fiches de lecture , romans historiques , polar et romans noirs : mille et un auteurs , mille et une feuilles à lire , mille et une ... histoire !
  • Contact

Recherche

16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 16:05
Frédéric  PAULIN  ( suite )

Prémices de la chute : suite de la trilogie de Frédéric Paulin sur les racines du djihadisme moderne, le premier opus ( voir ici ) se déroulait principalement en Algérie entre 1992 et 1995. Ce deuxième volet prolonge directement cette période, nous sommes en janvier 1996, dans le nord de la France où les braquages se multiplient sous l'oeil impuissant de la PJ. Fait divers mortel, grand banditisme, cela intéresse un modeste journaliste de "La Voix du Nord", Réif Arnotovic, surnommé Arno, d'origine yougoslave, il voulait être photographe de guerre, cette affaire de braquage est peut-être sa chance de sortir de l'anonymat. C'est le personnage central de ce roman, il va se révéler efficace. Il a la chance de celui qui débute dans le grand reportage. Sa petite amis Vanessa va le mettre en relation avec Tedj Benlazar dont les infos vont permettre à Arno de découvrir la lente gestation d'évènements qui ont changé la face du monde mais que les organismes officiels qu'ils soient français ou américains ont refusé de voir comme des signes annonciateurs.

L'actualité de 1996 et des années suivantes guide Arno. Sur les conseils de Benlazar, il se rend en ex-Yougoslavie et à Sarajevo où un conflit ethnique est devenu une guerre de religion qu'il faut financer pour recruter des combattants, avant de les armer et les entraîner. L'ex-Yougoslavie est devenue le creuset du radicalisme wahhabite. Des noms circulent, Afghanistan, Oussama ben Laden, Al-Quaïda mais c'est encore sur l'Algérie et Tibhirine que les regards se tournent. Les messages d'alerte de Tedj Benlazar ne sont pas entendus et il est progressivement mis à l'écart de la DGSE, les thèses officielles ne se discutent pas. Le temps passe et PJ, DST et DGSE sont aveugles et incapables de s'unir pour travailler.

Frédéric Paulin retrace les années 1996 - 1997 - 1998 - 1999 et 2000, c'est un voyage géopolitique effrayant lorsque le lecteur prend conscience que des faits anodins de l'époque ont eu des conséquences ravageuses. Les révélations de l'auteur sont multiples, si des zones d'ombre subsistent, il s'engage, prend parti. Ses critiques sont parfois cinglantes comme par exemple envers la presse "Ce n'est pas du journalisme, c'est de la communication institutionnelle. C'est de ça que crève la presse française : recopier les communiqués de presse des institutions, des préfectures, des politicards, rappliquer le petit doigt sur la couture du pantalon".

Benlazar mis à le retraite, Réif Arno prend le relai. L'information se recueille sur le terrain, il est à Peshawar, dans les zones tribales à plus de quatre mille mètres d'altitude, à Tora Bora, à Kaboul, à Kandahar. Il croise Zacarias Moussaoui. Al-Quaïda n'est plus un simple réseau mais une organisation internationale capable de frapper partout sur le globe en Tanzanie, au Kenya. L'affaire est tellement énorme que les journaux n'en veulent pas, pour la DST tout est classé "secret défense". Alors Arno va écrire un roman sur les réseaux djihadistes, un polar. "Un roman, ça rassure les gens, ils ne savent pas que le romancier peut révéler la vérité". 

La lecture est addictive, le récit extrêmement bien documenté se lit comme une aventure grâce à des personnages fictifs très bien intégrés dans la réalité. Deux personnages féminins éclairent ce roman noir, Vanessa, future journaliste, la jeunesse pétillante et rebelle, alliée de Réif. En Algérie Gh'zala se bat pour la liberté des femmes, elle est remplie d'espoir. Un nouveau millénaire ne vient-il pas de commencer ? Arno poursuit ses investigations, pister Zacarias Moussaoui ou Mohamed Atta l'a conduit aux Etats-Unis où le 11 septembre 2001 aurait aurait pu être une journée comme les autres. Arno, Tedj et les autres assistent ce jour là à ce que personne ne voulait voir venir ...

 

Partager cet article
Repost0

commentaires