Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Découvrir l'Histoire en lisant
  • : Bibliographies , histoire , fiches de lecture , romans historiques , polar et romans noirs : mille et un auteurs , mille et une feuilles à lire , mille et une ... histoire !
  • Contact

Recherche

14 septembre 2022 3 14 /09 /septembre /2022 17:37
Patrick PÉCHEROT - "Pour tout bagage"

Souvenirs, souvenirs
Je vous retrouve en mon cœur
Et vous faites refleurir
Tous mes rêves de bonheur

Ils étaient complices. Il y avait Antoine, Arthur, Paul, Yvon et une fille Sylvie et Chloé sa petite sœur. Arthur se souvient, il raconte. Ce sont des photos qui ravivent les souvenirs d’Arthur et il nous emmène dans les années 1970. Quand on est jeune adulte, c’est le cœur qui parle. Les rêves deviennent facilement espoir et très vite la certitude de pouvoir tout réaliser s’installe. C’est ce qui anime Arthur et ses copains : le fascisme ne passera pas !

Patrick Pécherot installe une fiction habitée par des gens ordinaires comme il sait si bien le faire. J’ai été aussitôt conquis par les portraits profondément humains de ces mousquetaires comme dit Arthur. Il y a eu un drame et on a envie d’en savoir plus. Pauvre Edmond. Et puis il y a ce long récit sur l’enlèvement bien réel à Paris du banquier espagnol Angel Balthazar Suarez en mai 1974. Le GARI est entré en lutte ouverte contre le vieux dictateur Franco. C’est du sérieux, les commissaires Ottavioli du quai des Orfèvres et Broussard entrent en scène. Le lecteur est transporté dans un polar et dans l’Histoire.

L’auteur est un formidable conteur qui sait à une fiction ou à un récit historique ajouter les détails du quotidien qui font vrais. Années 1970, ça me parle et je retrouve ces petits riens enfouis dans ma mémoire sous une vie d’adulte. Une chanson ( de Léo Ferré bien sûr ), une marque de boisson, les boyards ( c’était dégueu ), les mots de l’époque aujourd’hui désuets. Ces petites choses, c’est un peu l’Histoire et j’y étais. Je suis ému par tout ce que fait revivre Patrick Pécherot. Son style est direct, il prend le lecteur à témoin, l’invite amicalement, le tutoie. Il sait aussi mettre en valeur les changements plus profonds, comme dans les banlieues. Son regard sur Mantes est lucide et touchant.

De nos jours ( Arthur croise des gilets jaunes ) Edmond se rappelle à la mémoire des mousquetaires. Il est pourtant bien mort le pauvre mais quelqu’un en parle sur le net, quarante-cinq ans après. L’heure est grave, alors Arthur part retrouver ses compères, enfin ceux que la mort a épargnés. Le temps a fait voler en éclats leur complicité, ils sont devenus avocat, magnat de la presse, zadiste, brocanteur. Patrick Pécherot  entraine le lecteur vers une fin maitrisée à la perfection.

Patrick PÉCHEROT – Pour tout bagage. Parution le 25 août 2022, Éditions Gallimard, collection La Noire. ISBN 9782072969720 .

Bibliographie de Patrick Pécherot  

Partager cet article
Repost1
5 septembre 2022 1 05 /09 /septembre /2022 07:49
Pascal  CHABAUD  -  "Tuer pétain"

En mai 2018 Pascal Chabaud fait une entrée remarquée dans le polar historique en explorant un épisode sombre de notre Histoire : la Seconde Guerre mondiale et l’Occupation de la France par la Wehrmacht ( « Mort d’un sénateur » voir ICI ). C’est une période qui divise, il y a ceux qui résistent et ceux qui collaborent. C’est également une période de souffrances et de privations pour le peuple français. L’auteur s’y connait en Histoire et le polar se prête bien à une reconstitution historique. Il n’y a pas mieux qu’un enquêteur pour fouiner dans le quotidien, pour questionner, pour s’imposer dans tous les rouages de la société. Mais le travail est double car il faut imaginer un scénario fictif mais crédible et capable de se fondre dans la réalité de l’époque.

« Tuer Pétain » permet au lecteur de retrouver les principaux personnages dont il a fait connaissance dans « Mort d’un sénateur ». Pascal Chabaud passe avec succès le cap du premier roman. Il a su s’adapter à une nouvelle page d’Histoire, ses personnages évoluent, gagnent en humanité et il imagine cette fois-ci un scénario à plusieurs facettes, plus riche et plus complexe. Ce deuxième roman est indépendant du premier mais il peut être utile de s’y référer, de le relire ou de le découvrir. A ce titre sa réédition en poche est une heureuse initiative.

C’est l’Histoire qui guide l’auteur. Octobre 1941, l’occupation allemande s’installe dans la durée. La France est coupée en deux et pas seulement géographiquement. La Résistance s’organise face à l’occupant, il y a les attentats avant les actions structurées, secrètes et clandestines dirigées depuis Londres. Des français choisissent une autre voie. Pétain est de ceux-là, c’est le personnage historique central de ce roman, place justifiée tellement il est controversé.

Que serait un polar sans ses personnages, sans un flic et sans les indispensables seconds rôles ? Le lecteur en apprend beaucoup sur le passé et la personnalité de Joseph Dumont qui est confronté à des dilemmes familiaux et professionnels ( traquer le crime ou les juifs et les communistes ? ). Cela le contraint à faire des choix déterminants, son attitude face à la torture oblige le lecteur à s’interroger. Albertine est bien sûr présente mais je n’en dirai pas plus, secret oblige.

Des enquêtes originales ! L’auteur n’oublie jamais de divertir mais il le fait de manière ingénieuse. Joseph mène plusieurs enquêtes de front. Il y a l’assassinat d’un pharmacien. Le lecteur ne sera pas déçu par les procédures, Joseph exerce ses talents de fin limier et malgré un contexte de rationnement réussit à mettre en œuvre des techniques scientifiques efficaces mais les indices le mènent inéluctablement vers sa famille. Il y a aussi tout ce qui touche à la construction de la Résistance avec les actions des gens ordinaires jusqu’aux réseaux organisés. Et puis grâce à ses talents d’historien l’auteur s’interroge et imagine ( la préface souligne la pertinence du scénario ) une tentative d’assassinat du chef de l’Etat français que Joseph Dumont s’attache à déjouer.

Entamé comme un polar classique passionnant, ce deuxième roman de Pascal Chabaud sort du lot et mélange les genres. Tout sonne juste, aucune exagération, plus d’émotion et c’est efficace, de quoi combler les lecteurs les plus exigeants.  

Pascal CHABAUD – « Tuer Pétain ».  Parution prévue le 20 octobre 2022, Éditions du Signe. ISBN  9782746841260 .

Pascal CHABAUD - « Mort d’un sénateur » , réédition en poche prévue le 20 octobre 2022, Éditions du Signe.  ISBN  978274681727 .

Partager cet article
Repost1
21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 10:43
Jean-Luc DOUSSET  :  "Ada  1.0"

Jean-Luc Dousset a vraiment le chic pour découvrir des personnages hors du commun ! Sa dernière biographie, écrite comme un roman, met à l'honneur une femme de science de la première moitié du XIXème siècle. Il fallait vraiment une pugnacité hors du commun pour effectuer dans l'ombre des recherches en mathématiques.

Quatrième de couverture :

ADA 1.0

La fille de Byron lance le premier programme informatique.

Ada avait tout pour faire une grande carrière dans la littérature !  Mais le sort en a décidé autrement ! D'un côté sa mère, Anne-Isabella Milbanke, mathématicienne, de l'autre, son père George Gordon Byron, l'homme qui traîne dans son sillage l'odeur du soufre. Scandaleux par ses comportements avec les hommes mais génial dans l'écriture de sa poésie, de ses drames. L'affrontement est inévitable entre ses deux êtres aux tempéraments forts.

C'est dans ce contexte que naît, en 1815, la petite Ada qui restera la seule enfant légitime du poète. La garde confiée à sa mère, elle va tout faire pour détourner l'enfant de la poésie, source du Mal, repère du Diable.

Ella fait la rencontre du mathématicien Charles Babbage. Elle découvre un monde nouveau avec les machines à différences, énormes calculatrices, et surtout la machine analytique, le premier ordinateur sur lequel il travaille.

Jean-Luc Dousset : Ada 1.0 , Éditions Jeanne d'Arc. Parution le 1er novembre 2021. ISBN 978-236262088.

Autres biographies écrites par Jean-Luc Dousset ICI  et  ICI

Il est facile d'acheter les livres de Jean-Luc Dousset ICI  

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 07:17
Jean - Paul  MAHOUX  :  "Paix sur la guerre"

Jean-Paul Mahoux est de nationalité belge, il a suivi des études d'Histoire qui l'ont conduit à se spécialiser sur la Première Guerre mondiale et le Traité de Versailles. Ses connaissances constituent le socle de son deuxième roman.

Paix sur la Guerre : Joachim Feuerberg a été assassiné à Paris le 28 juin 1919, le jour de la signature à Versailles du traité de paix entre l'Allemagne et les Alliés. Il a été poignardé par dix-neuf coups portés par une baïonnette. Feuerberg avait été officier dans l'armée allemande durant la guerre. D'abord perdue dans les méandres des administrations française et allemande, l'affaire est finalement confiée au Deuxième Bureau, le contre-espionnage militaire français qui désigne un enquêteur en la personne du capitaine Marc Rosenfeld. Nous sommes alors en janvier 1921 à Mayence en Allemagne dans la zone occupée par l'armée française. Une photo découverte sur le cadavre permet de lancer l'enquête, Feuerberg y est en compagnie de Sybille Hesselbach et de son frère Günter Hesselbach tué pendant la guerre. Durant un interrogatoire, Sybille remet au capitaine Rosenfeld un carnet, sorte de journal rédigé par Feuerberg qui au moment du meurtre se trouvait à Paris sous une fausse identité.

Ce roman n'est pas un polar comme pourrait le laisser penser les premières pages. L'ambiance polar refait surface seulement dans les dernières pages lors de la résolution de l'énigme. Ce roman de Jean-Paul Mahoux est avant tout un récit historique détaillant la vision allemande de l'Allemagne d'avant, pendant et juste après le premier conflit mondial. Ce regard allemand change de l'habituel et permet de mettre en évidence les mentalités comme avant guerre à l'Est la rigueur prussienne et protestante aimant l'ordre et la discipline et prônant le nationalisme alors que l'ouest est tourné vers le modernisme et le libéralisme et dont l'ambition est surtout économique. Mais unanimement au sein de la population il y a le sentiment d'être isolé, encerclé. A la fin de la guerre tout bascule avec la proclamation d'une République, les grèves, les socialistes, les spartakistes. Les combats sur le front en France sont bien sûr évoqués mais l'auteur insiste plus sur la campagne de Belgique en 1914, épisode que je ne connaissais pas.

Le récit de l'auteur est bien écrit, habilement construit avec de fréquentes incursions dans le passé qui alternent avec les interrogatoires menées par le capitaine Rosenfeld. C'est vivant, émouvant et surtout très bien documenté. Cette richesse est encore plus flagrante dans la partie consacrée aux négociations de Paix qui se sont déroulées Quai d'Orsay à Paris. Pas étonnant que le Traité de Versailles ait conduit le monde vers un autre conflit mondial. L'Allemagne ne participe pas aux négociations mais il lui faut signer sinon la guerre va reprendre. La partie consacrée aux négociations est la plus longue, la plus détaillée mais elles le méritent. Il y a un principe de base : l'Allemagne est responsable de tout. Clémenceau tel le gros Monsieur Monopoly se voit en chef d'orchestre. Il y a soixante neuf délégations mais pas l'Allemagne. La Belgique brisée par quatre ans d'occupation a deux délégués quand le Brésil qui n'a jamais vu un casque à pointe a obtenu trois sièges !

Bravo à l'auteur de partager d'une si belle manière son savoir sur cet épisode qui mérite absolument un approfondissement. Les portraits des personnages fictifs s'intègrent bien dans l'Histoire dans laquelle il insère aussi des souvenirs familiaux. A la fin, la résolution du meurtre de Joachim Feurberg entre en résonance avec les mentalités de l'époque.

Jean-Paul Mahoux : Paix sur la guerre. Publication le 20 novembre 2019, Éditions Academia ( Belgique ).

 

Partager cet article
Repost1
30 novembre 2020 1 30 /11 /novembre /2020 09:14

Cay Rademacher est de nationalité allemande, né en 1965 à Flensburg dans le nord de l'Allemagne. Il est journaliste et vit dans le sud de la France près de l'étang de Berre. Il écrit des romans depuis 1996 dans lesquels l'Histoire est souvent présente. Depuis 2014 il publie les enquêtes du Capitaine Roger Blanc, gendarme en Provence. 

Il est l'auteur d'une trilogie de romans policiers historiques dont le héros récurrent est Frank Stave, Polizei-Oberinspektor à Hambourg immédiatement après la Seconde Guerre mondiale.

La trilogie hambourgeoise ( Frank Stave ) :

- L'assassin des ruines 

- L'orphelin des docks

- Le faussaire de Hambourg

Cette trilogie a été rassemblée en un seul volume paru le 10 novembre 2021, Éditions du Masque ( collection Les Intégrales du Masque ) - Traduction de l'allemand par Georges Sturm ) -  ISBN 9782702450918 .

 

Cay  RADEMACHER  :  "L'assassin des ruines"

L'assassin des ruines : nous sommes en janvier 1947 à Hambourg, zone d'occupation britannique. L'hiver est glacial, à l'exception de quelques quartiers ( souvent huppés ) la ville a été rasée par les bombardement, le rationnement est particulièrement sévère et la population civile manque de tout. C'est là que survit Frank Stave, sa situation de policier ne lui assure aucun passe-droit. Il est Polizei-Oberinspektor ou inspecteur principal de la police que l'occupant britannique a réorganisée dès mai 1945. Tous les anciens nazis sont censés avoir été licenciés mais certains ont sans doute échappé aux mailles du filet. Frank Stave a repris du service, il avait été mis au placard sous le IIIème Reich car classé "à gauche" mais il ne s'est jamais distingué pour son esprit de résistant. Stave dirige désormais une petite cellule spéciale d'investigation criminelle au sein de la police judiciaire dirigée par Cuddel Breuer, l'hôtel de police occupe un immeuble de onze étages épargné par les bombardements et situé Karl-Muck-Platz. Les statistiques de la criminalité sont désastreuses à Hambourg, il s'git de "criminalité de la misère" et encore les chiffres n'englobent pas la contrebande et le marché noir ...

"Nous avons une morte", c'est par cette courte phrase incongrue que l'inspecteur principal est informé de la découverte du cadavre d'une jeune femme dans les ruines près de la gare de Landwehr. Le corps sans vie est nu, étranglé avec un fin noeud coulant. Il s'agit d'autre chose qu'une rixe entre trafiquants ou qu'un drame de la jalousie dû au retour de prisonniers de guerre. Commence alors pour Frank Stave une quête qui va friser l'impossible : identifier la victime ! Il faut faire vite et dans la discrétion avant que la peur d'un assassin des ruines ne gagne la population, avant qu'elle n'en vienne a regretter le temps du Führer pendant lequel rien de tout cela ne serait arrivé. L'occupant britannique pourrait aussi être contesté alors l'inspecteur principal Frank Stave se voit adjoindre un officier de liaison britannique, le jeune lieutenant James C. MacDonald du gouvernement militaire britannique de Hambourg, c'est un soldat pas un détective. 

Le duo fonctionne bien. Le docteur Czrisni qui fait office de médecin légiste, un technicien de l'identité judiciaire et un inspecteur de la brigade des moeurs complètent l'équipe et le procureur Albert Ehrlich, un juif, instruit efficacement l'affaire qui se complique lorsqu'un nouveau cadavre est découvert, un vieil homme cette fois, également étranglé et dont le cadavre est nu. L'assassin des ruines a encore sévi.

L'enquête m'a captivé, elle est très crédible, jusqu'à la fin, le suspense et les rebondissements ne manquent pas. Elle permet aussi d'explorer Hambourg, c'est sans doute un des objectifs de Cay Rademacher  qui a accompli un véritable travail d'historien pour relater les privations du peuple allemand, réduit à retourner les gravats des ruines à la recherche d'hypothétiques moyens de subsistance. Le marché noir est devenu une institution que l'Office de lutte contre le marché noir n'arrive pas à endiguer. La ville est submergée par les réfugiés qui fuient l'est et l'ogre soviétique. Des nuées d'enfants, souvent orphelins,  errent dans les ruines. Frank Stave, la quarantaine, est un policier efficace et un citoyen allemand qui n'a pas été épargné par la guerre. En juillet 1943 son épouse Margarethe a été tuée lors des bombardements alliés de l'opération Gomorrah qui visait à détruire Hambourg. Frank a été blessé et en a gardé des séquelles, la cheville gauche bloquée il boite légèrement. 

A cette époque chaque allemand a un disparu parmi ses proches. Le Suchdienst ou "Office des disparitions" a réuni les dossiers de la Croix-Rouge et des Églises Catholique et Protestante pour créer le plus grand service de recherche au monde. Toutes les informations y aboutissent et alimentent dix-huit millions de fiches d'identité. L'une de ces fiches porte le nom de Karl Stave, le fils de Frank qui a disparu à l'âge de dix-sept ans sur le front de l'est après avoir adhéré à l'idéologie nazie. 

Habile et passionnant mélange de vie quotidienne méritant d'être découverte et d'un polar logiquement encré dans l'Histoire, cette trilogie ne déçoit pas et mérite toute notre attention.

Cay RADEMACHER : L'assassin des ruines. Première parution le 8/02/2017 - Titre original "Der Trümmermörder", traduction de l'allemand par Georges Sturm pour les Éditions du Masque. ISBN 978-2-7024-4533-4 .

Cay  RADEMACHER  :  "L'assassin des ruines"
Partager cet article
Repost0
15 mars 2020 7 15 /03 /mars /2020 17:30
Patricia  RAPPENEAU

Patricia RAPPENEAU est née en 1971 à Semur-en-Auxois ( 21 ). Elle a publié onze ouvrages sur les loisirs créatifs avant de mettre en scène Nathan Malocène, ex-militaire devenu détective privé, dans une série de romans policiers solidement encrés dans sa Bourgogne natale.

Série Nathan Malocène ( pour des détails, voir ici ) :

- Première enquête ( nouvelle publiée en 2014 )

- Requiem ( 2009 ) - A été réécrit et publié en mars 2020.

- Mission Malona ( 2012 )

- Coups de lune ( 2014 )

 

Autres romans :

-  "Enterré vivant" ( 2015 )

- "Mortelle guérison" ( 2013 ), roman dont l'héroïne, Léopoldine Lagrange, est anthropologue judiciaire. L'Histoire commence à occuper une place prépondérante dans l'oeuvre de Patricia Rappeneau.

- "Tout ce qu'ils méritent" est publié en mars 2017. C'est un roman policier historique; le gendarme André Colinot enquête, nous sommes en 1908 à Semur-en-Auxois.

- "Le parvis des assassins" ( mars 2020 ). 1306, la construction de Notre-Dame de Paris n'est toujours pas achevée ... 

 

Patricia  RAPPENEAU
Patricia  RAPPENEAU
Patricia  RAPPENEAU
Le premier "Requiem" ( 2009 )

Le premier "Requiem" ( 2009 )

Le nouveau "Requiem" ( mars 2020 )

Le nouveau "Requiem" ( mars 2020 )

Patricia  RAPPENEAU
Patricia  RAPPENEAU
Patricia  RAPPENEAU
Patricia  RAPPENEAU
Patricia  RAPPENEAU
Partager cet article
Repost0
10 août 2019 6 10 /08 /août /2019 17:00
Patrick Pécherot  ( avec Hannelore Cayre )

Patrick Pécherot ( avec Hannelore Cayre )

Patrick Pécherot est né en 1953 . Il a toujours travaillé dans le domaine social . Il écrit des polars avec un encrage fort dans le passé ( par exemple "L'affaire Jules Bathias", roman pour la jeunesse, recherches d'un adolescent sur son arrière-arrière-grand-père mort pendant la guerre 14 - 18 ). Polar ou polar historique ? Les deux mais il convient d'ajouter le qualificatif "noir" ... polar noir ou polar noir historique représente mieux l'oeuvre de Patrick Pécherot. Ses personnages sont des gens ordinaires ( les portraits qu'il dresse dans "Petit éloge des coins de rue" sont à la fois émouvants et drôles ). Ces gens ordinaires sont souvent confrontés à la guerre et peinent à comprendre et à s'épanouir dans la société de leur époque, ils peinent et souffrent jusqu'à la révolte.

Patrick Pécherot écrit aussi des romans pour la jeunesse, des nouvelles ( "Dernier été" est un recueil de ses textes courts ) et des scénarios pour bandes-dessinées ( l'album "Das Feuer" inspiré du roman d'Henri Barbusse "Le feu" est paru en 2018 avec des dessins de Joe Pinelli ).

Ses premiers romans, les enquêtes du journaliste Thomas Mecker :

- Tiuraï

- Terminus nuit

Puis une trilogie où se mêlent Histoire et polar. "La saga des brouillards" ou "La trilogie parisienne" met en scène un détective privé débutant, Nestor Burma :

- Les brouillards de la Butte ( 1926 - Paris )

- Belleville - Barcelone ( 1938 , en France où le second conflit mondial approche et en Espagne où la guerre civile fait rage )

- Boulevard des Branques ( Juin 1940 - Paris )

Autres romans :

- Soleil noir ( histoire d'un braquage qui n'a pas eu lieu )

- Tranchecaille ( 1917 - sur le front )

- L'homme à la carabine ( 1913 , à Paris sur les traces d'un jeune qualifié à l'époque de brigand )

- Une plaie ouverte ( évocation de la Commune de Paris - 1871 )

- Hével ( évocation de la guerre d'Algérie )

- Pour tout bagage ( 25 août 2022 - "La Noire", Gallimard )

Patrick  PÉCHEROT
Patrick  PÉCHEROT
Patrick  PÉCHEROT
Patrick  PÉCHEROT
Patrick  PÉCHEROT
Patrick  PÉCHEROT
La saga des brouillards ou Trilogie parisienne, en un seul ouvrage

La saga des brouillards ou Trilogie parisienne, en un seul ouvrage

Patrick  PÉCHEROT
Patrick  PÉCHEROT
Patrick  PÉCHEROT
Patrick  PÉCHEROT
Patrick  PÉCHEROT
Partager cet article
Repost0
18 juillet 2019 4 18 /07 /juillet /2019 16:33
Olivier  BARDE - CABUÇON

Olivier  BARDE - CABUÇON mène de front une carrière professionnelle dans un grand groupe international et une carrière d'écrivain commencée en 2006. Il vit à Lyon.

Son premier roman, "Les adieux à l'Empire" permet de suivre un fantassin des troupes napoléoniennes de 1807 jusqu'à Waterloo, à travers toute l'Europe pour un panorama très complet de cette époque. Il récidive en 2010 en publiant "Le détective de Freud", roman dans lequel il imagine un personnage ( le docteur du Barrail ) enquêtant à Paris en 1911 pour le compte de Sigmund Freud.

Olivier BARDE - CABUÇON publie en 2012 le premier volet d'une série de romans policiers historiques dont l'action se passe au 18ème siècle, époque favorite de ce passionné d'Histoire. Le chevalier de Volnay est son héros récurrent, sa fonction est promesse d'enquêtes captivantes : il est commissaire aux morts étranges et obéit aux ordres directes du roi Louis XV. Dans ses recherches Volnay est secondé par un moine hérétique féru de sciences.

Titres de la série "Une enquête du commissaire aux morts étranges" :

- Casanova et la femme sans visages

- Messe noire

- Tuez qui vous voulez

- Humeur noire à Venise

- Entretien avec le diable

- Le moine et le singe-roi

- Le carnaval des vampires

- Petits meurtres au Caire ( Juin 2019 )

 

Olivier  BARDE - CABUÇON
Olivier  BARDE - CABUÇON
Olivier  BARDE - CABUÇON
Olivier  BARDE - CABUÇON
Olivier  BARDE - CABUÇON
Olivier  BARDE - CABUÇON
Olivier  BARDE - CABUÇON
Actes Sud Editions  - Juin 2019

Actes Sud Editions - Juin 2019

Editions France - Empire  ,  16 mars 2006

Editions France - Empire , 16 mars 2006

Editions De Borée  -  22 avril 2010

Editions De Borée - 22 avril 2010

Partager cet article
Repost0
11 juin 2019 2 11 /06 /juin /2019 15:48
Rhys  Bowen

Rhys Bowen est le pseudonyme qu'a choisi Janet Quin-Harkin pour l'écriture de romans policiers. Les Éditions Robert Laffont ont commencé le 6 juin 2019 la publication de la série "Son espionne royale mène l'enquête" ( The Royal Spyness Series ) dans la collection La Bête Noire. Cette série compte douze titres en langue anglaise, le premier est paru en 2007, un treizième le sera en août 2019.

Rhys  Bowen

Son espionne royale mène l'enquête : elle a un nom un brin ridicule, Victoria Georgiana Charlotte Eugénie de Glen Garry et Rannoch, mais elle est tout de même petite-fille de la reine Victoria. Tout le monde la surnomme Georgie. Sa grand-mère ne fit pas un mariage prestigieux et sa descendance connut des revers de fortune. En 1932, Georgie vit médiocrement dans le château de Rannoch en Ecosse avec son frère Binky marié à Fig. Georgie est âgée de vingt et un ans et son avenir est des plus sombres.

En quelques phrases j'ai été transporté dans cette famille. Georgie est la narratrice non dénuée d'humour de sa modeste condition et elle sait habilement nous présenter son époque et son royal parent : Georges V roi-empereur de l'Empire britannique ( et dont Georgie est trente-quatrième dans la ligne de succession). 

Prétextant le mariage d'une amie, Georgie part à Londres. Mais rien n'échappe à Sa Majesté la reine Mary qui la somme de la rejoindre à Buckingham Palace. La reine désire que Georgie participe à une partie de campagne pour découvrir si son fils David, le prince de Galles, ne serait pas tombé amoureux d'une américaine mariée...

Une histoire à l'eau de rose ? Pas du tout car Georgie est très occupée, trouver un travail ou réparer les étourderies de son frère Binky. La découverte que leur père avait perdu au jeu leur propriété de Rannoch est une bien mauvaise surprise tout comme l'assassinat du nouveau propriétaire. Georgie va devoir enquêter car sa famille est soupçonnée du meurtre. Son séjour à Londres ( la capitale anglaise est un personnage à part entière ) n'est pas de tout repos et se révèle dangereux, que ce soit lorsqu'elle se retrouve en équilibre sur une corniche au troisième étage d'un hôtel ou lorsqu'on la pousse sous un train du métro. Il y a de l'action !

Rhys Bowen offre au lecteur un sympathique polar historique comme les anglaises savent si bien le faire ( je pense à Anne Perry ) avec une héroïne alerte qui n'hésite pas à casser les codes du protocole pour notre plus grand plaisir.

La mission royale concernant la dernière conquête féminine de l'héritier du trône constitue un fil ténu. La Reine n'aura qu'une réponse partielle et cela laisse penser que Georgie se verra confier une autre mission afin de mieux connaître Wallis Simpson...

 

Tome 2 de la série, parution 6 juin 2019

Tome 2 de la série, parution 6 juin 2019

The Royal Spyness Series

The Royal Spyness Series

Partager cet article
Repost0
22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 05:29

Pascal CHABAUD enseigne l'Histoire dans la région de Clermont-Ferrand.

Mort d'un sénateur est son premier roman. Il a choisit pour cadre l'été 1940, le régime de Vichy dicte alors une politique destinée à plaire à l'occupant nazi.

Pascal  CHABAUD

Mort d'un sénateur : ce sénateur, c'est Etienne Ferrand retrouvé mort, le crâne défoncé, dans un modeste hôtel de Clermont-Ferrand le 12 juillet 1940. Le 10 juillet l'Assemblée Nationale a donné "tout pouvoir au gouvernement de la République, sous l'autorité et la signature du maréchal Pétain, à l'effet de promulguer par un ou plusieurs actes, une nouvelle constitution de l'Etat français". Tout le roman est ponctué d'extraits de documents officiels de l'époque qui permettent de revivre ce que fut l'été 1940, une tragédie pour la démocratie en même temps que l'installation de l'occupant nazi en France.

L'assassinat du sénateur Ferrand est-il un acte politique ? Il n'aurait pas hésité à s'opposer à l'Etat français dont la capitale n'est qu'à cinquante kilomètres, à Vichy. Le jeune inspecteur Joseph Dumont de la sixième brigade mobile de Clermont devine que son enquête sera délicate. Le contexte politique est en train de changer, les frontières entre le bien et le mal sont bouleversées. La vie personnelle de Joseph a également été brisée par un drame personnel.

La première partie ( juillet 1940 ) du roman offre au lecteur des portraits approfondis des principaux personnages, dans leur quotidien ce qui est prétexte à illustrer un contexte historique dramatique pour la France. L'auteur y mêle habilement une enquête et des procédures solides, détaillées comme il faut avec des indices formels que la scientifique, désormais reconnue pour son efficacité, met en évidence.

Dans la deuxième partie ( août 1940 ) place à l'enquête avec des filatures et de l'action. Des trahisons provoquent des rebondissements. Des révélations surprises offrent de nouvelles pistes aux enquêteurs. L'auteur élargit habilement le volet historique, Joseph se rend à Paris pour les besoins de l'enquête. La capitale est en zone occupée, les troupes allemandes sont omniprésentes, le rationnement sévit. L'extrême droite renait et choisit son camp. Joseph est progressivement entraîné vers ce qui pourrait bien être une affaire d'espionnage industriel.

Ce premier roman de Pascal Chabaud est une belle réussite. L'enquête policière mise en scène est rigoureuse et pleine de suspense. Le contexte des mois de juillet et août 1940 est approfondi et instructif. L'inspecteur Joseph Dumont est un personnage attachant et on a envi de découvrir son avenir. Vous voyez où je veux en venir, une suite serait bienvenue...

 

Couverture version mai 2018 - Éditions De Borée

Couverture version mai 2018 - Éditions De Borée

Partager cet article
Repost0