Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Découvrir l'Histoire en lisant
  • : Bibliographies , histoire , fiches de lecture , romans historiques , polar et romans noirs : mille et un auteurs , mille et une feuilles à lire , mille et une ... histoire !
  • Contact

Recherche

14 septembre 2022 3 14 /09 /septembre /2022 17:37
Patrick PÉCHEROT - "Pour tout bagage"

Souvenirs, souvenirs
Je vous retrouve en mon cœur
Et vous faites refleurir
Tous mes rêves de bonheur

Ils étaient complices. Il y avait Antoine, Arthur, Paul, Yvon et une fille Sylvie et Chloé sa petite sœur. Arthur se souvient, il raconte. Ce sont des photos qui ravivent les souvenirs d’Arthur et il nous emmène dans les années 1970. Quand on est jeune adulte, c’est le cœur qui parle. Les rêves deviennent facilement espoir et très vite la certitude de pouvoir tout réaliser s’installe. C’est ce qui anime Arthur et ses copains : le fascisme ne passera pas !

Patrick Pécherot installe une fiction habitée par des gens ordinaires comme il sait si bien le faire. J’ai été aussitôt conquis par les portraits profondément humains de ces mousquetaires comme dit Arthur. Il y a eu un drame et on a envie d’en savoir plus. Pauvre Edmond. Et puis il y a ce long récit sur l’enlèvement bien réel à Paris du banquier espagnol Angel Balthazar Suarez en mai 1974. Le GARI est entré en lutte ouverte contre le vieux dictateur Franco. C’est du sérieux, les commissaires Ottavioli du quai des Orfèvres et Broussard entrent en scène. Le lecteur est transporté dans un polar et dans l’Histoire.

L’auteur est un formidable conteur qui sait à une fiction ou à un récit historique ajouter les détails du quotidien qui font vrais. Années 1970, ça me parle et je retrouve ces petits riens enfouis dans ma mémoire sous une vie d’adulte. Une chanson ( de Léo Ferré bien sûr ), une marque de boisson, les boyards ( c’était dégueu ), les mots de l’époque aujourd’hui désuets. Ces petites choses, c’est un peu l’Histoire et j’y étais. Je suis ému par tout ce que fait revivre Patrick Pécherot. Son style est direct, il prend le lecteur à témoin, l’invite amicalement, le tutoie. Il sait aussi mettre en valeur les changements plus profonds, comme dans les banlieues. Son regard sur Mantes est lucide et touchant.

De nos jours ( Arthur croise des gilets jaunes ) Edmond se rappelle à la mémoire des mousquetaires. Il est pourtant bien mort le pauvre mais quelqu’un en parle sur le net, quarante-cinq ans après. L’heure est grave, alors Arthur part retrouver ses compères, enfin ceux que la mort a épargnés. Le temps a fait voler en éclats leur complicité, ils sont devenus avocat, magnat de la presse, zadiste, brocanteur. Patrick Pécherot  entraine le lecteur vers une fin maitrisée à la perfection.

Patrick PÉCHEROT – Pour tout bagage. Parution le 25 août 2022, Éditions Gallimard, collection La Noire. ISBN 9782072969720 .

Bibliographie de Patrick Pécherot  

Partager cet article
Repost1
8 septembre 2022 4 08 /09 /septembre /2022 16:05
Gilles MARCHAND  -  "Le soldat désaccordé"

Un roman lumineux sur un sujet tragique !

Le narrateur durant toutes les années 1920 et une bonne partie des années 30 a été enquêteur. La Première Guerre mondiale une fois finie a laissé son lot d’énigmes et de passés à reconstituer. Retrouver un proche qui n’est pas rentré à l’armistice, peut-être a-t-il tout oublié dans les combats jusqu’à son nom et l’existence de ses proches ? Acquérir la certitude qu’un disparu est mort pour que sa veuve puisse toucher une pension, tant de cadavres ont disparu sous les déluges de bombes. Il y a aussi les communes qui recherchent les noms à inscrire sur leur monument aux morts. Il faut bien sûr réhabiliter l’honneur des fusillés pour l’exemple. Le travail ne manque pas pour ce survivant de la guerre. Il n’a jamais quitté les zones de combat, même après avoir été amputé d’une main il est resté sur le front, pour aider. Jamais il n’a profité d’une permission pour rendre visite à Anna qu’il aime et qui l’aime. La der des ders est finie, pas complètement pour celui qui enquête. La guerre est en lui jusqu’à le forcer à se priver du moindre bonheur.

C’est en 1925 qu’on lui demande de retrouver Émile Joplain. Sa mère est sans nouvelles depuis 1916, il était alors à Verdun. Il se met aussitôt au travail, des registres infinis à éplucher, des lettres dans toutes les directions, de multiples déplacements. Il n’hésite pas à quitter son foyer, pour aider. Il va peu-à-peu reconstituer la vie d’Emile, depuis ses quatorze ans. Le même âge que Lucie. Tout a commencé en Allemagne et en Alsace-Lorraine ( qui à l’époque était allemande ) un des berceaux du conflit qui va embraser le monde et séparer les êtres qui s’aiment. Le début de la vie commune d’Émile et de Lucie est attendrissant, bien vite interrompue par la marche de l’Histoire et un conflit qui va ensanglanter le monde entier.

Gilles Marchand raconte tout d’abord des faits simples avec des mots simples et vrais, émouvants. Puis la tragédie et l’horreur s’installent et l’auteur raconte la guerre, les horreurs, la souffrance, la folie, la mort. Les hommes ont perdu toute humanité. La littérature ne manque pas de récits de guerre. Gilles Marchand le fait d’une manière vraie, éprouvante et fait preuve d’une empathie incroyable pour ceux qui souffrent. La qualité d’écriture y est pour beaucoup. Autant que la mort, ce sont les traumatismes psychiques jusqu’à la folie qui sont douloureux pour le lecteur.

Le jeu de pistes proposé par l’auteur tient en haleine. Lorsque la trace d’Émile se perd, à Vimy, notre enquêteur part à la recherche de Lucie dont personne n’a de nouvelles depuis des années. Il suit le même chemin, avec quinze ans de retard, que celle qui est partie retrouver son amoureux. Au cœur des combats, inlassablement elle demandait si quelqu’un connaissait « un soldat qui s’appelait Joplain, qu’était poète et beau comme un prince ». La fin de l’enquête provoque des sentiments de gâchis et ne laisse pas insensible, tout comme la démesure de la violence qui a détruit les homes pendant bien plus que les quatre années de combat.

Gilles MARCHAND – Le soldat désaccordé. Parution le 19 août 2022, Éditions Aux forges de Vulcain. ISBN 978-2-373-05648-8 . 

Partager cet article
Repost0
6 août 2022 6 06 /08 /août /2022 17:40
Yan LESPOUX : " Presqu'îles"

Yan Lespoux parle du Médoc, pas du vignoble mais du massif forestier qui a remplacé les marais sous l’impulsion de Napoléon III . Yan Lespoux parle des gens qui y vivent, des gens simples qui ont une histoire parfois proche de légendes racontées par des grands parents qui les avaient eux-mêmes appris de leurs parents. Cette région est bien plus qu’un lieu estival pour vacanciers qui ne prennent pas le temps de regarder autre chose que la plage et les vagues de l’océan. Dans cette campagne les parisiens, les toulousains ou le bordelais, on s’en moque volontiers.

33 nouvelles ( comme le numéro du département de ce coin de France ) qui parlent de chasse, de pêche et de coins à champignons gardés jalousement. 33 nouvelles avec un titre évocateur comme « Le concert fantôme » ou « Jamais mieux que chez soi ». Des histoires qui font rire ( « Le voyage de Jésus » ) certaines sont émouvantes ( « Le couteau » ), d’autres sont tragiques ( « Le premier noyé de la saison » ). Yan Lespoux parle de la joie de vivre mais aussi de la mort. Ce sont des souvenirs nostalgiques du temps où les ados partageaient leur été entre petits boulots liés au tourisme, drague, Kro, joints et musique sur cassettes. Moins futile, j’ai découvert l’Histoire du Cantabria.

J’ai adoré la manière dont Yan Lespoux parle d’une nature calme et sauvage à la fois. L’eau y est partout, marais et brume. Ce qui me parle le plus, des troncs noirs, des têtes de pin.

La nouvelle littéraire exige de la part de son auteur concision et précision dans le vocabulaire. Yan Lespoux y ajoute de l’humour, un peu de tragédie, des paysages et des gens ordinaires. Et comme il est un remarquable conteur, ses récits et sans doute ses souvenirs deviennent de magnifiques histoires. Hervé Le Corre dans sa préface parle le mieux de ce recueil et ne tarit pas d’éloges pour Yan Lespoux qu’il qualifie d’écrivain ( le mot est fort ) et il n’hésite pas à évoquer Chris Offutt et Maupassant dans sa présentation.

En lisant ce recueil, je me suis rappelé « La folle histoire de Félix Arnaudin » et la belle biographie écrite par Marc Large ( voir ICI ).

Yan LESPOUX – Presqu’îles . Parution janvier 2021, Éditions Agullo, collection Agullo Court. ISBN  979-10-95718-90-1  

Partager cet article
Repost1
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 05:59
Le polar pour les nuls

"... pour les nuls" est une marque déposée et en quelque sorte une appellation qui attire d'emblée l'attention des curieux. Lecteur assidu de littérature policière ( le polar, c'est de la littérature et il convient de la respecter ! ) j'ai voulu tester mes connaissances et me rendre compte, Marie-Caroline Aubert et Natalie Beunat nous disent-elles tout sur le polar ?

Il est réconfortant d'être à l'aise avec quelques piliers du polar, que ce soit un héros ( Sherlock Holmes bien sûr mais pas que ), un auteur ( Gaston Leroux, Simenon, il n'y a pas que les anglo-saxons ), une époque ( le XIXème siècle est le siècle fondateur du roman policier ) ou un genre ( polar historique, roman de détection ... ) car les auteures proposent une vision vraiment exhaustive de la littérature policière, de ses origines jusqu'à nos jours ( le thriller n'est pas oublié ) et sur tous les continents. Il y en a pour tous les goûts et avec chaque évocation figurent des anecdotes, des citations et des références cinématographiques ( adaptations ) utiles. On y parle même de séries télé. Les conseils de lecture sont nombreux et pour en avoir lu un assez grand nombre, les néophytes peuvent avoir confiance car les choix des auteures sont très pertinents.

Mais au final, rien de neuf ? Et bien si ! Un pan entier est consacré à la genèse du roman noir nord américain, les dime novels, la fiction hard-boiled, les pulps. J'étais un nul dans ce registre. Des explications claires et bien ordonnées m'ont donné envi de lire Dashiell Hammett, Raymond Chandler ou William Irish, de faire connaissance avec Philip Marlowe et de déambuler dans le 87ème District d'Ed McBain. C'est de cette période et de ce genre que datent les plus fabuleuses adaptations au cinéma dont les titres font rêver ( La mariée était en noir, Fenêtre sur cour, Le faucon maltais ... ) et dont le souvenir d'acteurs comme Humphrey Bogart et Lauren Bacall laisse pantois !

Pour les fêtes, offrez ce livre ou faites qu'on vous l'offre, c'est le genre de cadeau qui dure. On le lit, on le relit, on le consulte !

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 05:22
Josephine  TEY

La fille du temps

Première publication en 1951.

L'inspecteur Alan Grant de Scotland Yard est immobilisé dans un hôpital londonien. Alors qu'il poursuivait un bandit , il a été victime d'une grave chute. Que faire lorsque l'on est immobilisé une jambe brisée ? Grant ne parvient pas à se concentrer pour lire .

Lors de ses enquêtes policières, Grant a souvent été amené à étudier des visages. Alors une amie lui offre une série de portraits de criminels et victimes célèbres. Parmi cette galerie , un visage attire son attention , il lui semble appartenir à quelqu'un de responsable , sans doute perfectionniste mais aussi rêveur et séduisant , de santé fragile et ayant vraisemblablement souffert durant son enfance. Au dos de l'image , l'identité du personnage est inscrite. Il s'agit de Richard 3 d'Angleterre. INCROYABLE . Grant a sous les yeux "le monstre bossu dépeint par Shakespeare , l'ogre des histoires pour enfants , le symbole de la trahison et du crime , l'assassin des enfants d'Edouard" ( page 34 - Editions 10/18 ) . La douceur du visage contredit l'Histoire officielle !

Richard , duc de Gloucester , naît en 1452 , c'est le benjamin des quatre fils du duc d'York Richard Plantagenêt. Son frère aîné , Edouard 4 , règne de 1461 à 1483 époque marquée par la Guerre des Deux Roses entre les York et les Lancastre. Concernant le destin de ses deux autres frères , Edmond mourut sur le champ de bataille et Georges duc de Clarence fut emprisonné à la Tour de Londres ( il complotait contre son frère Edouard 4 ) où on raconte qu'il mourut noyé dans un tonneau de malvoisie. Richard fut un gestionnaire compétant dans le nord de l'Angleterre.

Edouard 4 meurt le 9 avril 1483 , il a deux fils , Edouard ( 12 ans ) et Richard ( 11 ans ). Richard de Gloucester aurait pu être nommé régent dans l'attente de la majorité de son neveu le futur Edouard 5. Richard usurpe le trône , il est couronné roi d'Angleterre le 6 juillet 1483. ses neveux , enfermés à la Tour de Londres , furent tués durant l'été 1483.

Richard 3 est à la fois reconnu comme un bon souverain mais son règne a aussi fait l'objet de contestations principalement émanant de Henri Tudor. Richard 3 est tué en août 1485 à la bataille de Bosworth qui l'opposa à Henri Tudor. Avec la mort de Richard 3 s'éteint la dynastie des Plantatgenêt , la maison des Tudor accède au trône d'Angleterre avec Henri 7.

L'inspecteur Grant de Scotland Yard , six siècles plus tard , aidé du jeune Brent Carradine historien amateur , va tenter le reconstituer le bref règne de Richard 3 en étudiant les textes et récits contemporains du dernier des Plantagenêt. Lors de cette enquête historico-policière , il leur faut tout d'abord identifier ce qui relève de la diffamation ou du mensonge : un travail d'historien. Et puis bien sûr , il leur faut répondre à la question "à qui profite le crime ? " , reconstituer la chronologie des faits , vérifier l'emploi du temps des différents protagonistes : la bonne vieille méthode policière.

Au final l'ensemble est surprenant , instructif et captivant . Cet ouvrage oblige également à s'interroger sur la Vérité de l'Histoire.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 06:56
Arturo  PEREZ-REVERTE

Le tableau du Maître flamand : après "Le club Dumas ou l'ombre de Richelieu" , voir ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-arturo-perez-reverte-110957287.html, j'ai attribué un nouveau coup de coeur à un autre titre écrit par Arturo Perez-Reverte. J'avais hâte de lire ce roman mêlant Histoire et enquête contemporaine.

L'action se passe de nos jours en Espagne ( c'est la nationalité de l'auteur ). L'héroïne , Julia , est restauratrice de tableaux anciens. Alors qu'elle travaille sur une peinture datée de 1471 réalisée par Pieter Van Huys , "La Partie d'échecs" ( le peintre et son oeuvre ont été inventés par l'auteur ) , une phrase sibylline est décelée aux rayons X "Qui a tué le chevalier ?" Résoudre cette énigme posée par Pieter Van Huys va entraîner le lecteur au 15ème siècle et dans le monde du commerce des oeuvres d'art. C'est un voyage passionnant et instructif grâce à la rencontre de personnages hauts en couleur : César , antiquaire et protecteur de Julia qu'i appelle "petite princesse" , Alvaro , historien de l'art et ancien amant de Julia , Menchu , amie de Julia et redoutable et antipathique négociatrice lorsqu'il s'agir d'acheter et de vendre des oeuvres d'art , Don Manuel Belemonte , attachant propriétaire du tableau du maître flamand ainsi que sa nièce et son mari qui ont un comportement lamentable lorsqu'ils poussent leur oncle à vendre son patrimoine.

Et puis Munoz entre en scène , "avec sa cravate vulgaire , sa veste marron plissée aux épaules , déformée aux coudes , son menton mal rasé sue lequel bleuissait une barbe faite à cinq ou six heures du matin avant de prendre le métro ou l'autobus pour se rendre au travail" (- page 81-). Il a tout de l'anti-héros. Il est joueur d'échecs . On dit qu'il est le meilleur . Il va reconstituer la partie représentée sur le tableau de Van Huys "en jouant en arrière pour voir comment les joueurs sont arrivés à cette situation" (- page 87 -). Il va aussi entamer une partie avec un redoutable adversaire , le criminel qui frappe dans l'entourage de Julia. Comme dans le "Club Dumas" , le lecteur hésite entre le fantastique et la réalité. Une partie d'échec peut-elle être prémonitoire et retranscrire le présent ? L'épilogue est surprenant mais tellement plausible !

Seul bémol , il faut être joueur d'échecs pour savourer pleinement ce roman. Je ne le suis pas et il m'a été impossible de suivre et d'apprécier la partie qui ponctue la deuxième partie du roman . Dommage , mais que le scénario est original !

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 04:49

 

51C2QCgslRL.jpg

 

 

     Club Dumas , ou  L'ombre de Richelieu :  un livre qui parle d'Alexandre Dumas ...

     L'action se passe de nos jours et commence en Espagne. Lucas Corso est un chasseur de livres rares pour collectionneurs fortunés auxquels il loue ses services. Varo Borga , le plus grand libraire d'Espagne , lui confie un ouvrage datant du 17ème siècle , intitulé "Livre des neuf portes du Royaume des Ombres" et censé contenir une méthode pour invoquer les démons. Son auteur , le vénitien Aristide Torchia , fut condamné au bûcher en 1666 par l'Inquisition , ses livres brûlés à l'exception d'un seul exemplaire du "Livre des neuf portes" que Varo Borga pensait détenir mais deux autres sont répertoriés. Il charge Lucas Corso de les comparer afin de découvrir quel est l'original.

     Pour ce faire , Corso devra se rendre de Madrid à Tolède puis à Sintra au Portugal et enfin à Paris. Puisqu'il doit se rendre dans la capitale française , un ami lui demande d'y rencontrer une spécialiste d'Alexandre Dumas afin qu'elle expertise un manuscrit : le chapitre 42 des "Trois Mousquetaires" intitulé "Le vin d'Anjou". Est-il écrit de la propre main de l'illustre auteur ?

     Le lecteur côtoie avec Corso des bibliophiles passionnés . Comment après ces rencontres ne pas aimer les livres ? Arturo Pérez-Reverte est un auteur érudit , il semble tout connaître sur le roman populaire et d'aventure. Il n'étale pas son savoir , habilement il le distille , l'action du roman est prétexte, la fiction lui sert de support .

     Quant à Corso , ses recherches deviennent de plus en plus dangereuses. Rochefort l'adversaire de d'Artagnan le menace. Milady de Winter ne va-t-elle pas le trahir ? Qui est cette belle et énigmatique inconnue qu'il croise et l'accompagne à la recherche du secret des "neuf portes" puis le suit jusqu'à Meung - sur - Loire à l'invitation de Richelieu , là où entre en scène d'Artagnan dans le chapitre 1 des "Trois Mousquetaires" ? Rêve-t-il ? Où sont la fiction et la réalité ? Le lecteur peut tout imaginer !

     L'épilogue est surprenant mais tellement plausible ...

 

Partager cet article
Repost0