Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Découvrir l'Histoire en lisant
  • : Bibliographies , histoire , fiches de lecture , romans historiques , polar et romans noirs : mille et un auteurs , mille et une feuilles à lire , mille et une ... histoire !
  • Contact

Recherche

12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 06:27
Michèle  BARRIERE  ( suite )

Meurtre au café de l'Arbre Sec : un auteur a des privilèges. Il peut s'autoriser à faire voyager ses personnages dans le temps. Quentin vit au 21ème siècle. Géniale inspiration, Michèle Barrière l'envoie dans le passé. Par quelle étrange machine peut-il remonter le temps ? Laissons Michèle Barrière expliquer ( un ravissant moment de lecture ) : "il avait pris son élan, sauté d'un chapitre à l'autre, bousculant les phrases; perdu l'équilibre en glissant sur un paragraphe; essayé en vain de remettre les mots à leur place; repris sa course en pestant contre la mauvaise qualité de l'impression. La dernière page en vue, dans un ultime effort, il avait enjambé la phrase finale et fait le grand saut" ... et Quentin devient un étonnant voyageur ...

Il se retrouve en juillet 1420 aux côtés de Constance ( voir ici  http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-michele-barriere-55823473.html  ). Mariée à Guillaume Savoisy elle a eu un fils, Jacques, qui travaille dans les cuisines du duc Amédée de Savoie. Et c'est ainsi que Quentin se retrouve au château de Ripaille en Savoie ( si , si , il existe ) où il ne pourra empêcher le vol d'un manuscrit que détenait Jacques. Un trésor familial, écrit en 1393 par Jehan le premier mari de Constance et dans lequel figurent près de quatre cents recettes de cuisine ! Le précieux manuscrit est désormais entre les mains de la famille Delatraz. Les Savoisy vont-ils récupérer leur bien ? Quentin que le charme de Constance ne laisse pas indifférent , va l'aider à rendre visite à ses descendants ...

Ils vont rencontrer François Savoisy à Montpellier en octobre 1556 puis à Genève en décembre 1602 ( voir ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-michele-barriere-88619102.html et là http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-michele-barriere-suite-112114661.html  ). Avec lui ils iront jusqu'à Liège. Constance sera charmée par le Champagne durant la Régence ( voir ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/2015/03/michele-barriere-suite.html ). En juillet 1748, Quentin est à la cour du roi Stanislas Leszczynski à Commercy. Mais point de manuscrit du 14ème siècle.

Après ce défilé de personnages célèbres et de cuisiniers réhabilités, de bons petits plats mijotés au coin d'une page, place à un membre de la famille Savoisy inconnu des lecteurs ...

Février 1759, Jean-François Savoisy est l'heureux tenancier du café de l'Arbre Sec à Paris : une grande salle confortable où il sert café , thé , chocolat accompagnés de petits gateaux et de ses réputés sorbets et glaces ( sa glace à la truffe connait un véritable engouement ). Son épouse Maïette est passionnée par les livres. Diderot est un habitué du café de l'Arbre Sec comme beaucoup d'auteurs, libres-penseurs, libraires, éditeurs et colporteurs de livres. Une fréquentation qui ne manque pas d'attirer la censure de la Police de la librairie. Jean-François est le fils de Baptiste Savoisy ( voir ici  http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/2015/03/michele-barriere-suite.html  ), il a deux fils, l'un est viticulteur dans le bordelais, l'autre est cuisinier à Naples avec sa grand-tante Alixe. Jean-François a un frère, Jérémie, entré au service de Voltaire comme cuisinier.

Pour sauver de la censure un manuscrit de Diderot, Jean-François, Maïette et leur jeune fille, Quentin et Constance rejoignent Genève où vit Voltaire ( à cette époque il ne s'était pas encore installé à Ferney ). Le manuscrit de Diderot est caché dans les pages d'un livre de cuisine qui pourrait bien être celui rechercé par Constance, d'autant plus que Menon le cuisinier et ami de Jean-François a été poignardé. Un meurtre a été commis au café de l'Arbre Sec, peut-être le signe de la guerre que se livrent les Savoisy et les Delatraz?

Un habile stratagème et l'aide efficace de Voltaire ( Voltaire dans un roman policier ne peut que faire penser au charme des romans de Frédéric Lenormand , voir ici  http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/2016/08/frederic-lenormand.html ) vont permettre à la famille Savoisy de reprendre possession de leur trésor.

L'amour des livres et de la bonne chair fait vivre ce roman alerte , captivant et instructif. Cela vaut bien l'ouverture de quelques bouteilles de Champagne de la cave personnelle de Voltaire ! Un mystère demeure : où Michèle Barrière va-t-elle envoyer ses voyageurs du temps Constance et Quentin ? L'aventure continue ...

NB : la rue de l'Arbre Sec existe encore dans le 1er Arrondissement de Paris.

NB : la postface est un régal historique et culinaire. Merci Michèle Barrière.

 

 

 

Michèle  BARRIERE  ( suite )
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 06:44
Jean d'AILLON  ( suite )

Les aventures du brigand Trois-Sueurs ont été présentées ici  http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-jean-d-aillon-114714687.html

La  Devineresse : octobre  1736. Roque La Garde va vers ses soixante ans. A Aix-en-Provence, il est riche et respecté. Avec son épouse Béatrice ils ont un fils, Samuel, âgé de vingt quatre ans qui exerce la profession de médecin. Le roi Louis XV règne; l'ancien brigand Trois-Sueurs a perdu son protecteur, le régent Philippe d'Orléans.

Une petite troupe d'artistes donne à Aix-en-Provence des représentations de magie et de divination dont l'attraction principale est Cassandre du Parc. Samuel La Garde est particulièrement intéressé, autant par le spectacle énigmatique que par le charme de Cassandre, la Devineresse. Mais entre divination et sorcellerie il n'y a qu'un pas à l'époque souvent franchi et cela aboutit le plus souvent à une condamnation exemplaire. C'est ce que bien vite exigent les habitants d'Aix influencés par les prêches violents du père Jésuite Dirrag.

Les accusations de sorcellerie de Dirrag semblent justifiées lorsqu'un enfant est attaqué par un animal que la population identifie vite comme un loup-garou. Lorsque la jeune Thérèse Eradice, une commédienne de la troupe est retrouvée la nuque brisée et le corps griffé avec dans ses mains des poils de loup, plus de doutes possibles : La Devineresse est coupable et possédée par le démon. Elle est emprisonnée dans l'attente du bûcher !

Samuel La Garde est attéré. François L'Espérance ( voir ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/2015/10/jean-d-aillon-suite.html ) commissaire de police d'Aix est impuissant. Il ne reste plus que la perspicacité de Trois-Sueurs pour sauver Cassandre. Sa ruse lui permet d'identifier le loup-garou grâce à un piège habile. Il réussit à faire modifier le discours du père Dirrag. En janvier 1737, Samuel La Garde épouse Cassandre du Parc, de son vrai nom Graziella Balsamo.

Inspirée de faits réels de l'Histoire de Provence ( accusations de sorcellerie de Catherine Cadière par le père Girard ), cette nouvelle est une franche réussite, la chasse au loup-garou fait penser à la traque d'un tueur en série tout ce qu'il y a de plus contemporain. Elle apporte aussi d'intéressantes informations sur l'enclave des Papes en Avignon et invite à s'interroger sur la famille Balsamo immortalisée par Alexandre Dumas.

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 05:10
Jean d'AILLON ( suite )

Les aventures du brigand Trois-Sueurs ont été présentées ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-jean-d-aillon-114714687.html

Cartouche , capitaine général de la grande truanderie : nouvelle publiée dans le recueil "Le captif au masque de fer".

Fin avril 1721 , une malle poste est attaquée entre Saulieu et Auxerre et les passagers volés de tout ce qu'ils possédaient par une bande de brigands aux ordres de Cartouche.

Depuis quelques années , Cartouche ( de son vrai nom Louis Dominique Bourguignon , également surnommé "L'Enfant" ) à la tête d'un millier d'hommes rançonne Paris et ses environs, il s'est proclammé capitaine général de la grande truanderie . Il est à la fois craint par les rîches et estimé par les pauvres . Il se montre aussi grand séducteur auprès des femmes , y compris celles qu'il vole.

L'attaque de la malle poste cache peut-être un complot sournois car parmi les passagers , François L'Espérance , exempt de police au Grand-Châtelet , en mission pour l'abbé Pierre Guérin de Tencin chargé des Affaires étrangères de la France auprès du Saint-Siège , s'est vu dérobé un pli secret destiné à Monseigneur Dubois , ministre et ami du Régent Philippe d'Orléans . Ce pli est en lien avec l'élection du pape devant succéder à Clément 11 . François L'Espérance est accusé d'être un complice de Cartouche , puis condamné aux galères et envoyé à Marseille. Il n'a qu'une pensée , retrouver sa liberté , prouver son innocence et laver son honneur. Il s'évade et entre en contact avec Roque La Garde qui vit en Provence . Trois-Sueurs ne voit qu'une solution afin d'innocenter L'Espérance et retrouver le pli volé pour le remettre au Régent : entrer au service de Cartouche en redevenant brigand de grand chemin.

L'intérêt de cette nouvelle est de découvrir Cartouche. Ce nom m'était familier mais je ne connaissais pas son histoire. Sa vie fut épique et sa fin tragique. Capturé, il s'évada du Grand-Châtelet ( en utilisant le même stratagème que Gaston de Tilly - "Le dernier secret de Richelieu" ). Repris , Cartouche fut éxécuté en place de Grève le 28 novembre 1721. La traque des anciens cartouchiens dura deux ans et fit plusieurs centaines de victimes.

Cartouche mourut sans dévoiler le lieu où il cachait son trésor. C'était sans compter sur la perspicacité de Roque La Garde.

 

Jean d'AILLON ( suite )
Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 09:05
Philippe  BOUIN ( suite )

La peste blonde : j'a été déçu lors de la lecture de ce roman alors que j'avais été enchanté par le premier tome de la série ( voir ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/2014/08/philippe-bouin.html  ). Le point de départ est prometteur alors que se déroulent à Aix-la-Chapelle les négociations qui mettront fin à la guerre entre la France et l'Espagne. Nous sommes en avril 1668 , la France de Louis XIV a vaincu l'Espagne. Les frontières du Nord des Flandres jusqu'en Franche-Comté vont être redessinées. A la diplomatie officielle se mèlent les alliances secrètes alimentées par l'espionnage et les complots. L'Espagne est bien sûr inquiète sur son avenir mais aussi l'Angleterre et les Provinces Unies indécises face à leur puissant voisin français.

Dans le même temps , la peste se répend à Soissons et Rouen . Une lettre anonyme informe Nicolas de la Reynie , lieutenant général de police de Paris , que cette épidémie est causée par un trafic de perruques pestiférées et que la capitale sera la prochaine cible de ce qui est un complot destiné à affaiblir la France. Il faut dans les plus brefs délais stopper ce fléau . C'est une enquête à la mesure du talent de Dieudonné Danglet qui peut dans le plus grand secret la mener à bien avec l'aide des gueux de Paris ( en fait seule la belle Fleur , le nain Atlas et son compère Charonne lui apportent leur soutien efficace ).

L'enquête est décevante , prétexte à des rencontres improbables de personnages célèbres ou non qui finissent pas lasser car elles n'apportent aucun rebondissement. Même la logique cartésienne de Danglet ne peut empêcher la petite équipe d'enquêteurs ( au demeurant très sympatique ) de se retrouver dans des impasses. Pendant ce temps la peste continue de se répendre dans Paris et le contexte diplomatique d'Aix-la-Chapelle a été perdu de vue bien que le traité de Paix soit signé le 2 mai 1668. Seuls les indices d'un mystérieux informateur qui signe ses billets d'un "A" anonyme , permettent comme par miracle à l'enquête de progresser. L'action , la dynamique , le panache du genre cape et d'épée , ne sont pas au rendez-vous. Le style de l'auteur inspiré de celui de l'époque tombe à plat , tout comme l'épilogue qui renvoie à une autre énigme , celle du masque de fer.

 

 

Philippe  BOUIN ( suite )
Philippe  BOUIN ( suite )
Partager cet article
Repost0
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 06:00
Jean d'AILLON ( suite )

Les aventures du brigand Trois-Sueurs ont été présentées ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-jean-d-aillon-114714687.html 

La terrifiante agression : nouvelle publiée dans le recueil "L'obscure mort des ducs".

Début 1720 dans le port de Marseille. Roque la Garde est en mission pour le compte du duc d'Orléans , Régent de France. Il guette l'arrivée d'un mystérieux navire dont il ignore tout ...

Le début de cette affaire remonte à 1718 et à l'alliance entre les quatre puissances , la France , la Grande Bretagne , les Provinces-Unies et l'Archiduché d'Autriche. Le roi d'Espagne refuse catégoriquement cette alliance , Philippe V est un petit-fils de Louis XIV et il se verrait bien aussi roi de France si le jeune Louis XV venait à disparaître . Son premier ministre , le cardinal italien Giulio Alberoni et la reine Elisabeth Farnèse , d'origine italienne , complotent également , l'un pour devenir pape , l'autre ambitionne la couronne d'une Italie unifiée et les deux pour mettre fin à  la Quadruple Alliance. Alberoni a chargé le colonel Schengen d'assassiner le Régent de France , les tentatives échouent et cela ne fait qu'envenimer les relations entre l'Espagne et la Quadruple Alliance. Le conflit qui s'annonce est désiquilibré . Alberoni doit fuir en décembre 1719 . Il se réfugie en Italie. Sa survie politique est désormais liée à une terrifiante arme secrète promise par Schengen. Mais le duc d'Orléans a eu connaissance de son existance. C'est cette arme mystérieuse qui doit débarquer à Marseille d'un navire inconnu venant du Levant. Roque la Garde , dit Trois-Sueurs , doit s'en emparer , aidé par son cousin Esquinette et par d'anciens galériens huguenots.

Cette nouvelle m'a beaucoup plu , il y règne une atmosphère d'espionnage , de grands dangers menacent. Il y a de l'action avec un héros courageux et perspicace ( Trois - Sueurs bien sûr ). Le contexte historico-politique de l'époque est toujours aussi bien décrit par l'historien Jean d'Aillon . Le récit m'a fait aussi découvrir les recherches du bactériologiste Emile Yersin ( 1863 - 1943 ).

Cette dangereuse aventure de Trois-Sueurs s'achève à Paris au début de l'été 1720. La capitale est au bord de l'insurection suite à la banqueroute des montages financiers imaginés par le banquier John Law avec le soutien du Régent. La perspicacité de Trois-Sueurs évitera que l'arme mystérieuse ne soit utilisée contre Paris et le Régent Philippe d'Orléans. Par contre au même moment Marseille en connaîtra les conséquences désastreuses.

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 06:36
Michèle  BARRIERE  ( suite )

Les soupers assassins du Régent :  Benjamin Savoisy ( mis en scène dans "Meurtres au Potager du Roy" , voir ici  http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/mich%C3%A8le-barriere-suite  ) eut deux enfants , une fille Alixe et un fils Baptiste . Benjamin disparut lors d'une expédition botanique en Amérique du Sud.

Fin 1718  et  1719 . Alixe , veuve , exerce le commerce de limonadier , sa boutique parisienne est réputée pour ses boissons et ses patisseries. Proche de la famille royale grâce à sa mère Ninon , Alixe est aussi la cuisinère particulière du Régent Philippe d'Orléans qui apprécie les menus qu'elle mitonne pour ses invités à des soupers libertins ( elle cuisine avec François Massialot , célèbre cuisinier de l'époque ). Baptiste est le fourniseur du Régent en vin mousseux de Champagne . Baptiste est ambitieux et n'hésite pas à travailler à la limite de la légalité au grand dame de sa soeur et de son épouse Elise , fille de Simon Barbe un gantier-parfumeur célèbre.

Lors d'un souper du Régent , une jeune et belle comédienne italienne meurt empoisonnée . Alixe pourrait être soupçonnée mais c'est le vin de Champagne qui est accusé. Les négociants en vins d'autres vignobles voient en effet d'un mauvais oeil la nouvelle notoriété du vin mousseux d'autant plus que le négoce des vins se fait en fûts alors que le vin mousseux circule en bouteilles.

Le lecteur comprend vite que le thème général du roman est le vin. Comme toujours et c'est ce qui plait chez cette auteur , Michèle Barrière nous fait déguster des anecdotes à foison . Elle nous convie à la fête des vignerons d'Hautvillers , la traditionnelle fête de la Saint-Vincent , où travaillait Dom Pierre Pérignon à l'amélioration de la champagnisation . Elle nous fait aussi voyager jusqu'en Espagne. A la suite des héros le lecteur vit des rebondissements en cascade , à l'époque les relations entre la France et l'Espagne sont au plus bas et favorisent complots et cabales . La révolte gronde en Bretagne. Malgré ce contexte sombre , la France investit et spécule dans le système bancaire de l'écossais Law basé sur le papier-monaie.

Le Régent Philippe d'Orléans se révèle un personnage attachant malgré une personnalité difficile à cerner. Le lecteur retrouve avec ravissement la truculente princesse Palatine , mère du Régent et fait la connaissance de Marie-Louise-Elisabeth duchesse du Berry surnommée Joufflotte , fille du Régent et qui connaîtra un destin tragique. La complicité entre Alixe et Marivaux est touchante . Parmi la galerie de portraits brossés par Michèle Barrière , j'ai découvert Claude Moët ( 1683 - 1760 ) ancêtre des fondateurs de la Maison Moët et Chandon.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 04:52
Olivier  SEIGNEUR

Les  ferrets sont éternels : dans sa préface , Olivier Seigneur explique les raisons qui ont motivé l'écriture de ce roman. Dans "Les trois mousquetaires" d'Alexandre Dumas ( et également dans les mémoires d'Athos) le périple anglais de d'Artagnan commencé le 20 septembre 1625 dure six jours. Le bal des Echevins durant lequel la Reine Anne d'Autriche apparaît avec ses ferrets a lieu le 3 otobre. Que s'est-il passé pendant les six jours restant ? Olivier Seigneur le raconte dans ce roman historique publié en 1996 soit un siècle et demi après le chef d'oeuvre de Dumas. Décidémment les ferrets sont éternels !

L'histoire telle que l'a rapportée Dumas est bien connue. La Reine Anne d'Autriche a confié par amour un collier orné de ferrets de diamant à Georges de Villiers , duc de Buckingham le favori du Roi d'Angleterre. Le cardinal de Richelieu convint le Roi Louis XIII d'exiger que la Reine porte ses ferrets lors du bal des Echevins. Le piège est tendu , Richelieu sait bien que le collier est à Londres. La Reine alertée par sa lingère Constance de Bonacieux demande à Charles de Batz , dit d'Artagnan , cadet aux Gardes du Roi Louis XIII , de partir pour Londres et de ramener les ferrets pour le bal qui a lieu douze jours plus tard.

Aussitôt demandé , aussitôt fait. Mais c'est là que l'imagination d'Olivier Seigneur entre en jeu. Le duc de Buckingham s'est fait voler deux des douze ferrets. La quête du gascon pour retrouver les ferrets manquants va le mener dans des lieux incongrus ( notamment une maison close ) sous la menace constante de Rochefort , l'âme damnée du cardinal de Richelieu et le mettra dans les bras de la belle et mystérieuse Mylady de Winter. Heureusement Athos et les mousquetaires veillent.

Le récit d'Olivier Seigneur est imaginatif et écrit dans le style "cape et d'épée" dans la plus pure lignée d'Alexandre Dumas , extrait page 170 :

"Oui , Athos , Aramis et Porthos vont prêter main-forte au cadet aux gardes ... Que faire ? Foncer , tête baissée , dans le tas , occire le plus grand nombre possible de gardes ..."

Olivier Seigneur y ajoute une touche d'humour irrévérentieux et beaucoup d'originalité lorsque d'Artagnan révèle le véritable enjeu que constituent les ferrets de la Reine. Des personnages historiques jalonnent tout le récit ce qui lui confère une véracité convaincante.

Ultime intérêt de ce roman : il m'a donné envi de relire "Les trois mousquetaires" d'Alexandre Dumas , le maître !   voir ici  http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-alexandre-dumas-le-maitre-99656652.html 

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 05:35
Philippe  BOUIN

Les croix de paille : ce titre est le premier volet d'une trilogie ( voir ici  http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/2014/04/philippe-bouin.html ) dont le héros est Dieudonné Danglet. Nous sommes au 17ème siècle. Danglet est orphelin ( d'où son prénom Dieudonné ) recueilli et instruit par l'Oratoire de France ( le roman se présente sous la forme d'un récit et de révélations rapportées par un oratorien ). Il est devenu aventurier , habile au combat , les belles dames ne lui résistent pas. Dieudonné Danglet me fait penser à un héros de cape et d'épée de Michel Zévaco ou d'Alexandre Dumas avec en plus les capacités de déduction de Sherlock Holmes.

Avril 1667 à Paris. Les évênements se précipitent pour Dieudonné Danglet . Le hasard lui a fait rencontrer et séduire la belle Madame de Vigier dont le mari est retrouvé assassiné. Pris comme otage sur les lieux du crime par le probable meurtrier avant de prendre la fuite , Dieudonné se réfugie à la Cour des Miracles où il devient l'ami du chef de tous les gueux de Paris avant d'être impliqué dans un complot qui pourrait conduire à une nouvelle Saint-Barthélemy.

Dieudonné Danglet accusé du meurtre de Monsieur de Vigier est emprisonné au Grand-Châtelet où il rencontre Nicolas de La Reynie premier lieutenant de police de Paris nommé par le jeune roi Louis XIV le 15 mars 1667. Danglet devient alors le plus secret de ses agents pour intervenir dans les domaines de la criminalité , de l'espionnage et des affaires d'Etat. Aidé par une armée de gueux dont le signe de reconnaissance est une "croix de paille" , il se lance à la poursuite de l'homme aux bottes rouges dont il a établi le portrait robot ( peut - être le premier de l'histoire du crime ? )  et seul lien qui le relie à ce dangereux complot.

Le lecteur ne s'ennuie pas une page en compagnie de Dieudonné Danglet qui croise de nombreux personnages historiques , vit des aventures incroyables et finalement influence le destin de la France sans que personne ne le sache.

 

Philippe  BOUIN
Partager cet article
Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 06:02
Jean  d'AILLON  ( suite )

Les aventures du bridand Trois-Sueurs ont été présentées ici

http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-jean-d-aillon-114714687.html

L'obscure mort des ducs : les nouvelles écrites par Jean d'Aillon lui permettent de mettre en valeur un personnage oublié ou un fait historique méconnu. C'est le cas de celle-ci qui présente au lecteur la descendance légitime et illégitime de Louis XIV et insiste sur la disparition brutale et "obscure" des héritiers du trône de France et qui a abouti à la régence du duc d'Orléans.

Mars et avril 1712 , par l'intermédiaire de Louis de Rouvroy , duc de Saint-Simon , le duc d'Orléans sollicite l'aide de Roque la Garde afin qu'il enquête sur les décès suspects qui affectent la descendance directe de Louis XIV , ce dernier est alors très âgé ( 74 ans , son décès surviendra en 1715 ). D'infâmes murmures circulent et accusent le duc d'Orléans. Le Grand Dauphin unique fils légitime de Louis XIV qui atteignit l'âge adulte , est mort en avril 1711. C'est son fils aîné ( il eut deux autres fils ) le duc de Bourgogne qui devient Dauphin mais il décède brusquement le 19 février 1712 , quelques jours après son épouse la duchesse de Savoie. Leurs jeunes enfants furent aussi gravement malades , l'aîné mourut le 8 mars 1712 , son jeune frère , le duc d'Anjou  né le 15 février 1710 , échappa de peu à la mort.

Quelle maladie mystérieuse fait disparaître les héritiers du trône de France ? La rumeur parle d'empoisonnements , Philippe duc d'Orléans figure parmi les principaux suspects. Mais pour Saint-Simon le coupable est à chercher parmi la descendance illégitime de Louis XIV qui pourrait choisir pour lui sccéder son bâtard préféré. Les Bâtard reconnus par Louis XIV viennent de ses unions avec deux de ses maîtresses , Louise de le Vallière et Madame de Montespan. Le duc du Maine , fils de Madame de Montespan , né en 1670 , est l'aîné des bâtard du Roi. Ne pourrait-il pas prétendre au trône ? Il pourrait comploter pour ce faire. Sa mère n'est-elle pas à l'originr de l'Affaire des Poisons qui fit scandale à la Cour entre 1676 et 1682 ? Madame de Montespan fut soupsonnée d'avoir emposonné ses rivales , notamment Marie Angélique de Fontanges.

Voilà une bien délicate enquête confiée à Roque la Garde qui va découvrir que de bien curieuses praslines sont dégustées par les proches du Roi. Quelle destinée curieuse pour le duc de Bourgogne et son épouse la duchesse de Savoie que Louis XIV avait fait se rencontrer à Montargis. C'est en effet à Montargis que Clément Jalouzot , officier de bouche du comte de Plessis-Pralin fabriquait et vendait la prasline inventée en 1636 et qui reste encore aujoud'hui confectionnée à Montargis par la Maison Mazet.

Jean  d'AILLON  ( suite )
Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 05:11
Jean - Christophe  DUCHON - DORIS ( fin )

Les galères de l'Orfèvre : septembre 1702 , revenu depuis six mois du Mississippi ( voir ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/2013/12/jean-christophe-duchon-doris-suite.html ) Guillaume de Lautaret se morfond dans la propriété bourguignonne où il réside avec Delphine d'Orbelet. Guillaume attend que le roi Louis XIV lui octroie une charge de procureur. Lors d'un voyage vers Paris où il se rend régulièrement pour défendre sa cause , il est victime d'une attaque durant laquelle Madame de Saintonges qui l'accompagnait et qu'il devait protéger , est enlevée avant d'être retrouvée cruellement assassinée dans une mise en scène qui désigne de faux sauniers comme coupables.

En cette fin de règne de Louis XIV , la situation financière du royaume , engagé dans la guerre de Succession d'Espagne , est préoccupante . Pour échapper à l'impôt , les trafics en tout genre se multiplient. La fraude sur la gabelle ( impôt sur le commerce du sel ) est d'une ampleur inégalée. Guillaume de Lautaret se lance à la poursuite d'un des faux sauniers qu'il pense reconnaître . Ses recherches le mènent à Marseille et pour mener son enquête, Guillaume n'a pas d'autre choix que d'être envoyé aux galères où ses chances de survie sont illusoires malgré l'aide promise par Monsieur de Chabas de la Ferme Générale qui était chargée de collecter les taxes et impôts indirects sur les marchandises. A sein de la Ferme , les gabelous , chargés de collecter la gabelle , impôt sur le sel , étaient tristement connus.

Enchaînés par le cou et les mollets , les condamnés aux galères , formant une chaîne , rejoignaient Marseille à pied. Depuis Paris où Guillaume a été emprisonné , le voyage durait un mois avant d'arriver à l'Arsenal des galères où la chiourme était regroupée et triée selon différents métiers : forgerons , charpentiers de marine ... et bien sûr rameurs. La chiourme était marquée au fer rouge et son existence s'avérait misérable avec souvent la mort après d'interminables souffrances comme seule perspective. La chiourme , y compris les rameurs lorsqu'ils n'étaient pas en mer , pouvait circuler en ville.

Malgré les contrôles rigoureux des bureaux de la chiourme , la formation de réseaux criminels ou de trafics en tout genre , était fréquente. Parmi ceux-ci , celui dirigé par l'Orfèvre semble pouvoir frapper jusqu'aux contrées les plus reculées du royaume. Mais il paraît aussi insaisissable.

Lorsque son protecteur disparait , Guillaume ne pourra plus compter que sur Delphine pour le sauver d'une mort certaine , l'aider à s'enfuir et retrouver son honneur. Ce roman est un cocktail efficace mêlant une intrigue originale et captivante avec une fresque historique sur les forçats de l'Arsenal des galères de Marseille. Les scènes avec Guillaume d'un côté et Delphine de l'autre , alternent et rythme le récit. Les séquences historiques sont détaillées sans jamais être ennuyantes : tout y est , le vocabulaire , les bateaux , les galériens , l'organisation administrative , les locaux .

Un vrai bonheur de roman policier historique ! C'est malheureusement le dernier titre de la série des aventures de Guillaume de Lautaret.

Partager cet article
Repost0