Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Découvrir l'Histoire en lisant
  • : Bibliographies , histoire , fiches de lecture , romans historiques , polar et romans noirs : mille et un auteurs , mille et une feuilles à lire , mille et une ... histoire !
  • Contact

Recherche

18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 06:02
Jean  d'AILLON  ( suite )

Les aventures du bridand Trois-Sueurs ont été présentées ici

http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-jean-d-aillon-114714687.html

L'obscure mort des ducs : les nouvelles écrites par Jean d'Aillon lui permettent de mettre en valeur un personnage oublié ou un fait historique méconnu. C'est le cas de celle-ci qui présente au lecteur la descendance légitime et illégitime de Louis XIV et insiste sur la disparition brutale et "obscure" des héritiers du trône de France et qui a abouti à la régence du duc d'Orléans.

Mars et avril 1712 , par l'intermédiaire de Louis de Rouvroy , duc de Saint-Simon , le duc d'Orléans sollicite l'aide de Roque la Garde afin qu'il enquête sur les décès suspects qui affectent la descendance directe de Louis XIV , ce dernier est alors très âgé ( 74 ans , son décès surviendra en 1715 ). D'infâmes murmures circulent et accusent le duc d'Orléans. Le Grand Dauphin unique fils légitime de Louis XIV qui atteignit l'âge adulte , est mort en avril 1711. C'est son fils aîné ( il eut deux autres fils ) le duc de Bourgogne qui devient Dauphin mais il décède brusquement le 19 février 1712 , quelques jours après son épouse la duchesse de Savoie. Leurs jeunes enfants furent aussi gravement malades , l'aîné mourut le 8 mars 1712 , son jeune frère , le duc d'Anjou  né le 15 février 1710 , échappa de peu à la mort.

Quelle maladie mystérieuse fait disparaître les héritiers du trône de France ? La rumeur parle d'empoisonnements , Philippe duc d'Orléans figure parmi les principaux suspects. Mais pour Saint-Simon le coupable est à chercher parmi la descendance illégitime de Louis XIV qui pourrait choisir pour lui sccéder son bâtard préféré. Les Bâtard reconnus par Louis XIV viennent de ses unions avec deux de ses maîtresses , Louise de le Vallière et Madame de Montespan. Le duc du Maine , fils de Madame de Montespan , né en 1670 , est l'aîné des bâtard du Roi. Ne pourrait-il pas prétendre au trône ? Il pourrait comploter pour ce faire. Sa mère n'est-elle pas à l'originr de l'Affaire des Poisons qui fit scandale à la Cour entre 1676 et 1682 ? Madame de Montespan fut soupsonnée d'avoir emposonné ses rivales , notamment Marie Angélique de Fontanges.

Voilà une bien délicate enquête confiée à Roque la Garde qui va découvrir que de bien curieuses praslines sont dégustées par les proches du Roi. Quelle destinée curieuse pour le duc de Bourgogne et son épouse la duchesse de Savoie que Louis XIV avait fait se rencontrer à Montargis. C'est en effet à Montargis que Clément Jalouzot , officier de bouche du comte de Plessis-Pralin fabriquait et vendait la prasline inventée en 1636 et qui reste encore aujoud'hui confectionnée à Montargis par la Maison Mazet.

Jean  d'AILLON  ( suite )
Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 05:11
Jean - Christophe  DUCHON - DORIS ( fin )

Les galères de l'Orfèvre : septembre 1702 , revenu depuis six mois du Mississippi ( voir ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/2013/12/jean-christophe-duchon-doris-suite.html ) Guillaume de Lautaret se morfond dans la propriété bourguignonne où il réside avec Delphine d'Orbelet. Guillaume attend que le roi Louis XIV lui octroie une charge de procureur. Lors d'un voyage vers Paris où il se rend régulièrement pour défendre sa cause , il est victime d'une attaque durant laquelle Madame de Saintonges qui l'accompagnait et qu'il devait protéger , est enlevée avant d'être retrouvée cruellement assassinée dans une mise en scène qui désigne de faux sauniers comme coupables.

En cette fin de règne de Louis XIV , la situation financière du royaume , engagé dans la guerre de Succession d'Espagne , est préoccupante . Pour échapper à l'impôt , les trafics en tout genre se multiplient. La fraude sur la gabelle ( impôt sur le commerce du sel ) est d'une ampleur inégalée. Guillaume de Lautaret se lance à la poursuite d'un des faux sauniers qu'il pense reconnaître . Ses recherches le mènent à Marseille et pour mener son enquête, Guillaume n'a pas d'autre choix que d'être envoyé aux galères où ses chances de survie sont illusoires malgré l'aide promise par Monsieur de Chabas de la Ferme Générale qui était chargée de collecter les taxes et impôts indirects sur les marchandises. A sein de la Ferme , les gabelous , chargés de collecter la gabelle , impôt sur le sel , étaient tristement connus.

Enchaînés par le cou et les mollets , les condamnés aux galères , formant une chaîne , rejoignaient Marseille à pied. Depuis Paris où Guillaume a été emprisonné , le voyage durait un mois avant d'arriver à l'Arsenal des galères où la chiourme était regroupée et triée selon différents métiers : forgerons , charpentiers de marine ... et bien sûr rameurs. La chiourme était marquée au fer rouge et son existence s'avérait misérable avec souvent la mort après d'interminables souffrances comme seule perspective. La chiourme , y compris les rameurs lorsqu'ils n'étaient pas en mer , pouvait circuler en ville.

Malgré les contrôles rigoureux des bureaux de la chiourme , la formation de réseaux criminels ou de trafics en tout genre , était fréquente. Parmi ceux-ci , celui dirigé par l'Orfèvre semble pouvoir frapper jusqu'aux contrées les plus reculées du royaume. Mais il paraît aussi insaisissable.

Lorsque son protecteur disparait , Guillaume ne pourra plus compter que sur Delphine pour le sauver d'une mort certaine , l'aider à s'enfuir et retrouver son honneur. Ce roman est un cocktail efficace mêlant une intrigue originale et captivante avec une fresque historique sur les forçats de l'Arsenal des galères de Marseille. Les scènes avec Guillaume d'un côté et Delphine de l'autre , alternent et rythme le récit. Les séquences historiques sont détaillées sans jamais être ennuyantes : tout y est , le vocabulaire , les bateaux , les galériens , l'organisation administrative , les locaux .

Un vrai bonheur de roman policier historique ! C'est malheureusement le dernier titre de la série des aventures de Guillaume de Lautaret.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 05:38
Jean-Christophe  DUCHON-DORIS  ( suite )

L'embouchure du Mississipy : ce deuxième opus des aventures de Guillaume de Lautaret garantit au lecteur un dépaysement historique ( l'action se passe en 1701 et 1702 ) et un dépaysement géographique ( les héros vont voyager jusqu'en Louisiane ). Sa première aventure a été relatée ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/jean-christophe-duchon-doris-6

Alors que Guillaume de Lautaret séjourne à Paris , la mère de sa compagne Delphine d'Orbelet est arrêtée et emprisonnée sur ordre de Louis XIV. Le motif est à la fois simple, le père de Delphine est accusé de meurtre, et complexe puisque le crime aurait été commis lors d'une expédition d'exploration dans la vallée du Mississippi. Cette région , la Louisiane , qui à l'époque s'étend du Québec jusqu'au Golfe du Mexique , est l'enjeu de rivalités entre la France , l'Espagne et l'Angleterre. Cavelier de La salle est le précurseur des explorations françaises. Il prit possession de la Louisiane au nom du Roi de France en avril 1682. Il fut assassiné en 1687 lors d'une seconde expédition. Le chevalier d'Orbelet est accusé de ce crime. Pour connaître la vérité , une seule solution , Guillaume et Delphine embarquent pour les Amériques. Ils se joignent à une expédition menée par Pierre Le Moyne d'Iberville. Après une escale à Saint Domingue où Christophe Colomb avait accosté , ils rejoignent la Louisiane en décembre 1701.

Tout le roman est prétexte à retracer très précisément l'histoire de l'exploration de la basse vallée du Mississippi et les missions menées depuis Cuba ou depuis le Québec. Ces missions furent particulièrement dangereuses, dans une nature sauvage peuplée de tribus indiennes souvent hostiles. C'est ce même contexte que Guillaume et Delphine vont découvrir : la vie rude dans des fortins isolés , les dangers des indiens sur le sentier de la guerre mais aussi la droiture des hommes à peau rouge , l'emprise des jésuites sur ces terres vierges , les intrigues , les alliances , les trahisons entre les fidèles au Roi de France , les anglais , les espagnols , les aventuriers canadiens et les huguenots. Jusqu'en avril 1702 , Guillaume et Delphine , vont traquer un fantôme et bien sûr suivent les rumeurs parlant de fabuleux trésors.

Comment ne pas couvrir d'éloges ce roman d'aventures inspiré de faits historiques et au scénario virevoltant ?

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 06:16
Jean  d'AILLON  ( suite )

La confrérie de l'Index : cinquième et dernière nouvelle publiée dans "L'homme aux rubans noirs" , à lire après "L'énigme du clos Mazarin". Voir ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-jean-d-aillon-suite-114072941.html .

Savinien Cyrano de Bergerac dit "Cyrano de Bergerac" n'est pas seulement le personnage central de la célèbre pièce d'Edmond Rostang , c'est aussi un écrivain contemporain de Molière qui s'est sans doute inspiré de sa pièce "Le Pédant joué" pour écrire certaines scènes des "Fourberies de Scapin".

En amateur de théâtre, il est logique que Louis Fronsac ait rencontré Molière et Savinien de Bergerac. Il est même venu en aide à ce dernier , en octobre et novembre 1647 , lorsqu'il fut accusé du meurtre d'un comédien qui l'avait vivement critiqué et menacé. Gaston de Tilly , Procureur du Roi , n'est pas du tout convaincu par les accusations qui pèsent sur Savinien de Bergerac. Louis Fronsac et Gaston vont tenter d'innocenter l'écrivain et se lancent à la recherche d'une mystérieuse "Confrérie de l'Index" qui aurait menacé l'écrivain , son dernier manuscrit étant jugé scandaleux ( Savinien de Bergerac a en effet écrit ce que de nos jours on appellerait des romans de science fiction ).

Cette nouvelle est l'occasion pour Jean d'Aillon de renseigner le lecteur sur le monde du théâtre de l'époque et la censure littéraire qui sévissait depuis le règne de François 1er. J'y est fait d'intéressantes découvertes sur l'architecture , avant d'être un grand magasin parisien , la Samaritaine était un bâtiment construit au début du 17ème siècle sur une arche du Pont-Neuf et abritait une pompe puissante qui puisait l'eau de la Seine avant de la distribuer au Louvre et aux Tuileries.

Pour faire éclater la vérité , Louis et Gaston vont devoir partir en expédition par une nuit sans lune et explorer de sinistres caves afin de confondre les membres secrets de la confrérie de l'Index. Finalement tout est bien qui finit bien , c'est l'expression la mieux appropriée pour un mariage qui va rassembler la plupart des gens de qualité du Royaume.

Dés le mois de décembre 1647 , il est possible de retrouver Louis Fronsac pour une nouvelle enquête, "Le secret de l'enclos du Temple" .

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 05:01
Deryn  LAKE  ( suite )

L'apothicaire et "L'Opéra des gueux" : Londres , deuxième quinzaine de novembre 1754. John Rawlings assiste à une représentation de "L'Opéra des gueux". Cette oeuvre, appréciée à l'époque, serait qualifiée aujourd'hui de comédie musicale. Dans celle-ci, le héros meurt exécuté par pendaison. Mais l'acteur meurt réellement pendu pendant la représentation. Qui a volontairement modifié les truquages pour tuer Jasper Harcross, le célèbre acteur ? John Fielding, magistrat principal de Londres , aveugle , surnommé le Blind Beak , à la tête d'unités de policiers émérites , les Runners ou Brave Fellows , est chargé de l'enquête et se fait aider par John Fielding puisqu'il a été un des premiers témoins à constater la mort de l'acteur.

Les premières recherches vont montrer l'acteur Jasper Harcross sous un visage bien différent de celui que sa célébrité laissait entrevoir. Il avait une épouse cachée à la carrière d'actrice brisée et il l'avait obligé à abandonner ses deux enfants nés d'un premier mariage. Que sont devenus ces enfants maintenant adultes ? Epouses et maîtresses bafouées , maris jaloux , enfants abandonnés , Jasper Harcross traitait les femmes comme des moins que rien et les hommes le méprisaient et l'enviaient à la fois.

Ces relations conflictuelles et sentimentales ne suffisent pas à constituer un scénario historico-policier passionnant. Il reste seulement une chronique sociale monotone , souvent ennuyante. Les descriptions de Londres au milieu du 18ème siècle sont par contre instructives et convaincantes . A ce titre on peut citer le début du chapitre 5 et les descriptions des villages de Chelsea et Kensington aujourd'hui quartiers de Londres : "Les villages de Chelsea et de Kensington, situés à quelques miles seulement de la cité de Londres mais en plein coeur d'une superbe campagne, avaient un charme simple (...) Le village de Chelsea, qui s'étendait au bord du fleuve, avait été autrefois un port de pêche sans prétention (...) Kensington ... n'était pas situé sur la rivière et était privé d'accès facile par voie d'eau. Il était niché, humble et paisible, au milieu des prairies verdoyantes, proche géographiquement de la métropole mais à des millions de miles du bruit et de l'agitation" .

La première enquête de l'apothicaire de Londres est présentée ici http://http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-deryn-lake-115057107.html

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 08:06
Jean  d'AILLON ( suite )

Les aventures du brigand Trois-Sueurs ont été présentées ici

http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-jean-d-aillon-114714687.html

Le grand hyver : janvier et février 1709 virent se succéder en France des vagues de froid d'une rigueur exceptionnelle : on estime que "le grand hyver" tua trois cent mille personnes. La Provence ne fut pas épargnée : ses habitants , le bétail , la végétation payèrent un lourd tribut. C'est durant cette période particulièrement éprouvante que Roque La Garde , dit Trois - Sueurs , ancien brigand désormais officier au service du duc Philippe d'Orléans avec le grade de major aux chevau-légers depuis 1706 ( voir la nouvelle http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/jean-d-aillon-suite-8 ) mena une enquête pour sauver Béatrice Clastre de l'exécution. La jeune et belle Béatrice est accusée d'avoir tué son père, un riche propriétaire de Barbantane près d'Avignon à la confluence du Rhône et de la Durance.

Une course contre la montre s'engage afin de prouver l'innocence de Béatrice et trouver le véritable coupable. Les obstacles ne manquent pas , heureusement que le grand froid retarde l'exécution . L'enquête est difficile , jalousie , vengeance et machination se mêlent et cela rend cet épisode de la vie de Trois-Sueurs particulièrement captivant. Le froid présent à chaque instant fait l'objet de descriptions convaincantes de la part de l'auteur et cela ajoute de la véracité au récit .

En juillet 1709 , Trois-Sueurs épousa Béatrice Clastre. Il accepta la Conversion mais sans perdre sa foi protestante.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 05:27
Bruce  ALEXANDER

John Fielding ( 1721 - 1780 ) devint aveugle à l'âge de 19 ans lorsqu'il était marin. Il rejoint alors son demi-frère Henri pour exercer avec lui une carrière juridique. Ils créent ensemble , à Londres , les Bow Sreet Runners , unité constituée de policiers professionnels qui vont devenir célèbres grâce à leur efficacité . A la mort de son frère , John Fielding malgré sa cécité devient le premier magistrat du tribunal de Bow Street. Son frère fut également un écrivain célèbre, auteur de "Histoire de Tom Jones , enfant trouvé".

Les audiences de Sir John : dans ce premier roman, le narrateur est un adolescent , Jeremy Proctor né en 1755. Orphelin, il rejoint Londres en 1768 ( l'action du roman se déroule en mai et début juin 1768 ) où victime de deux malendrins , il est conduit devant John Fielding pour être jugé et finalement entre à son service. Aveugle , le magistrat de Bow Street va utiliser la perspicacité et la débrouillardise de Jeremy. Leur première enquête conjointe fait suite à la découverte du cadavre de Lord Goodhope à l'intérieur d'une pièce close de l'intérieur. Tout laisse penser à un suicide mais quelques indices découverts par Jeremy Proctor vont inciter John Fielding à ouvrir une enquête qui mènera le lecteur dans les milieux du jeu , sur les scènes de théâtre où on joue Shakespeare , dans les bureaux de la Compagnie des Indes orientales et jusque dans l'infâme prison de Newgate.

Le rythme du récit est plutôt lent mais le lecteur suit les pas d'un aveugle. Jeremy voit mais ce n'est qu'un détective débutant. Parfois tenu à l'écart des interrogatoires , pas toujours mis dans la confidence des pensées , raisonnements et déductions de Sir John , Jeremy ( le narrateur ) ne peut confier au lecteur tous les éléments de l'enquête indispensables pour entrevoir la solution. Mais cela permet quelques surprises à la fin du roman qui m'a laissé un agréable souvenir à défaut de m'avoir enthousiasmé. La richesse du vocabulaire et de la syntaxe rendent également la lecture facile et plaisante.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 18:06
Michèle  BARRIERE  ( suite )

Meurtres au Potager du Roy : ce roman permet de suivre , entre mi-mai et début septembre 1683 , les aventures de Benjamin Savoisy ( dont l'arrière-grand-père fut François Poquet , voir http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-michele-barriere-suite-112114661.html et http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/article-michele-barriere-88619102.html ). Benjamin est deuxième garçon jardinier au Potager du roi Louis XIV à Versailles . Il travaille sous les ordres de Jean-Baptiste La Quintinie. Ce Potager , sur neuf hectares de cultures , permet de produire en abondance une extraordinaire variété de fruits et légumes destinés à l'Office de la Bouche du Roi. Les lecteurs jardiniers amateurs seront ravis par les descriptions de l'auteur : sarclages , arrosages , bêchages , semis , tailles et autres repiquages dans les carrés de culture ponctuent la première moitié du récit. Quelle déception d'apprendre que Benjamin ne se passionne pas pour ce travail , il rêve de voyager et de découvrir de nouvelles espèces végétales au delà des mers. En plus il n'est pas heureux avec son épouse Ninon et sa toute jeune fille Alixe.

Un sacrilège vient d'être commis , la melonnière du Potager a été saccagée. Du melon était promis à la table du Roi Soleil. Benjamin part donc à la recherche de ce fruit que l'on commence à cultiver près de Paris malgré les maux dont on l'accuse. Et puis tout se précipite , d'autres melonnières sont détruites et des jardiniers assassinés. Benjamin succombe au charme d'une belle aventurière et va vivre d'incroyables aventures qui vont le mener à Amsterdam et à Londres à la recherche des graines d'une variété de melon perpétuel.

On ne s'ennuie pas une seconde ! J'ai aimé tout ce qui parle du Potager du Roi , de la Cour de Louis XIV et de Versailles. J'ai ri des comiques démêlées des héros avec la langue anglaise. J'ai été curieux de suivre les premières dégustations de caffé ( orthographe de l'époque ) et de thé.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 12:31
Jean-Christophe DUCHON-DORIS

Les nuits blanches du Chat botté : "Il était une fois , au mois d'octobre 1700 , dans la vallée de La Blanche , aux environs de Seyne-les-Alpes ..." C'est comme cela que commencent les contes , ceux qui font peur , cette même peur qui gagne la région de Seyne où d'horribles meurtres sont commis.
Le nouveau procureur , Guillaume de Lautaret , doit se rendre à l'évidence , l'enquête s'avère difficile. La vindicte populaire souhaite une réponse rapide ! C'est donc un loup , féroce et géant , qui est accusé. Une battue est organisée. Mais Guillaume de Lautaret a des doutes, pourquoi un loup abandonnerait-il près des cadavres de ses victimes , des petits cailloux blancs , des chaperons rouges ou une pointe de quenouille ?

Tout comme le jeune , beau et alerte Guillaume , la jeune et belle Delphine d'Orbelet ( qui s'ennuie dans le château de sa mère où réside également sa tante austère et solitaire ) doute également : ce ne peut être un loup , à moins qu'il ne s'inspire des "Contes de la mère l'Oye" de Pierre Darmancour et des "Histoires ou contes du temps passé avec des moralités" de Charles Perrault ?

C'est à Paris , auprès de Charles Perrault que Guillaume de Lautaret entrevoit la vérité avant de revenir en toute hâte à Seyne-les-Alpes pour démasquer le véritable et inattendu coupable et sauver la belle Delphine d'Orbelet : "A ce que l'on raconte , ils se marièrent , vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants".

Le scénario de ce roman sort vraiment de l'ordinaire , la trame est inventive et l'auteur a su y ajouter suspense et rebondissements. Le contexte historique est bien respecté , sur fond de conflit religieux , condamnation du jansénisme et reprise de la traque des huguenots suite à la révocation de l'Edit de Nantes en 1685. SUCCES TOTAL ? malheureusement NON , des scènes qu'il faut bien qualifier de pornographiques , totalement inutiles viennent gaspiller ce qui pourrait être un excellent roman.

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 05:13
Jean  d'AILLON  ( suite )

"Le captif au masque de fer" a été publié en édition de poche le 8 mai 2013.

Les premières aventures du brigand Trois-Sueurs ont été présentées ici http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/jean-d-aillon-suite .

Le captif au masque de fer : nouvelle publiée dans le livre éponyme.

Mai - Juin 1706 , Roque La Garde toujours accompagné de Chiapacan et Esquinette travaillent pour Philippe d'Orléans ; passionné d'art ce dernier leur demande de rechercher et d'acquérir des oeuvres d'art. A la demande de la mère du duc d'Orléans , la truculente Elisabeth Charlotte de Bavière , princesse Palatine , ils commencent une enquête sur la mort d'une de ses dames de compagnie. Cette jeune demoiselle s'était passionnée à rechercher l'identité d'un prisonnier de La Bastille , mort trois ans plus tôt. On raconte qu'il avait été détenu plus de trente ans , bénéficiant de tous les égards du gouverneur et avait vécu le visage dissimulé par un masque de fer . Or cette dame de compagnie a été égorgée et la princesse Palatine a peur pour elle qui était informée des recherches menées par sa servante.

Voilà donc Trois-Sueurs cherchant à reconstituer la vie cachée du plus célèbre des inconnus . De sa captivité à La Bastille , ils n'apprendront que peu de choses. Leurs recherches les mènent au Fort Royal , prison d'Etat , situé sur l'île Sainte Marguerite au large de Cannes . Mais ils sont suivis par un groupe de tueurs dirigés par un agent prêt à tuer pour que l'homme au masque de fer reste à jamais un secret.

Trois-Sueurs va retrouver la trace de ceux qui ont par le passé cherché à identifier ce mystérieux captif. Parmi eux , Louis Fronsac , notaire bien connu des lecteurs de Jean d'Aillon . Louis Fronsac étant décédé , c'est donc son fils Pierre Fronsac et son épouse Aurore La Forêt , également impliqués avec Louis dans l'affaire du masque de fer en 1669 et 1670 , que Roque La Garde rencontre et entraîne dans une aventure très dangereuse et pleine de combats. Seul le roi Louis XIV pourra y mettre fin !

Il est plaisant pour le lecteur d'être confronté une nouvelle fois à une des plus grandes énigme de l'Histoire de France . Cela m'a donné envi de relire "Le dernier secret de Richelieu" qui donne plus de détails sur les hypothèses bâties par l'historien Jean d'Aillon.

Partager cet article
Repost0