Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Découvrir l'Histoire en lisant
  • : Bibliographies , histoire , fiches de lecture , romans historiques , polar et romans noirs : mille et un auteurs , mille et une feuilles à lire , mille et une ... histoire !
  • Contact

Recherche

21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 05:59

 

 

895491889

 

     Voir la présentation des aventures et enquêtes du brigand Trois-Sueurs  ici   Jean d'AILLON .

 

     La fille du lieutenant de police : fin 1697 , Roque La Garde commande une troupe de batteurs d'estrade dans les armées de Louis XIV. Il agit en éclaireur pour trouver l'ennemi , connaître et mesurer ses faiblesses . Roque La Garde est surnommé Trois-Sueurs pour la peur et les sueurs ( froides ) qu'il suscite auprès des ennemis , ces sueurs précèdent ... la mort . Malgré d'excellents états de service , il est chassé de son régiment car il est de la réligion prétendument réformée . Il en est de même pour son oncle Pierre La Garde , dit Chiapacan . Ils rejoignent Oraison dans leur Provence natale . Sur leur chemin , ils portent secours à Nocolas de La Reynie ancien lieutenant de police de Paris et à sa fille Gabrielle .

     En 1698 , leurs retrouvailles avec la Provence sont tragiques . Les protestants de la région sont rançonnés par les dragons en vertu d'un ordre de réquisition de l'intendant des galères du port de Marseille . Les parents de Roque La Garde sont morts , sa soeur est prisonnière de Jacques La Flèche , capitaine des dragons . Le fils de son oncle , Jean La Garde , dit Esquinette , a été emmené aux galères . C'est dans ce contexte que Trois - Sueurs entre en résistance et se fait brigand pour retrouver sa soeur . La libération d'Esquinette s'annonce plus compliquée . Comment le retrouver parmi plus de dix mille galériens sous bonne garde ? La force parait bien illusoire , Trois Sueurs et Chiapacan vont devoir ruser .

     Cette première nouvelle permet de faire connaissance avec Trois Sueurs , sans doute héros le moins connu de Jean d'Aillon . La mise en scène est précise , parfaitement insérée dans l'Histoire de France . Ce premier récit constitue un socle solide pour comprendre et apprécier la suite de ses aventures .

     Les descriptions du quai aux galères de Marseille sont très détaillées et permettent de découvrir la destinée tragique des galériens ( la chiourme ) et le fonctionnement de cette unité navale royale .

 

     Cette nouvelle est publiée dans "Le captif au masque de fer" ( Editions JC Lattès ) . Une parution en livre de poche devrait voir le jour prochainement .

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 05:44

 

759364-copie-1.jpg

 

     Premier ouvrage de la série présentée ici  Deryn LAKE .

 

     L'apothicaire de Londres :  Londres , mai et juin 1754 . John Rawlings , 23 ans , vient d'achever son apprentissage d'apothicaire. Son meilleur ami , Samuel Swann , a lui fini sa formation d'orfèvre . Pour fêter ces promotions , les deux amis se rendent aux Jardins de Vaux Hall également appelés ... Pleasure Gardens . Dans une ambiance musicale se côtoie tout le beau monde avide de réjouissances et de rencontres nocturnes . Dans l'obscurité d'une allée , John Rawlings trébuche sur le corps d'une belle jeune fille ; elle est morte étranglée. John Rawlings aurait pu être accusé du meurtre . A sa grande surprise , il se voit confier l'enquête par John Fielding . Ce magistrat , aveugle , dirige le Public Office . A la tête des Runners , regroupés en une compagnie appelée Bow Street Runners ancêtre de la police métropolitaine moderne , il accomplit un travail exceptionnel : l'ordre règne dans la capitale anglaise .

     Aidé par les conseils de son père adoptif , Sir Gabriel Kent , John Rawlings mène sa première enquête . Peu à peu , à l'occasion de la rencontre des différents protagonistes liés à la victime , une prostituée , le puzzle s'assemble , logiquement , tout en ménageant un suspense sur la personnalité de certains acteurs . Ce suspense dure jusqu'à la fin où on est surpris par l'identité du coupable .

     Le scénario se passe à Londres et dans les environs . L'auteur est très précise sur la situation des rues , des lieux-dits et des bâtiments . Si l'on veut approfondir sa connaissance de Londres au XVIIIème siècle ( c'est pour ainsi dire la seule allusion historique ) il faut se munir d'un plan de la ville pour ne pas s'y perdre et mieux retenir sa physionomie de l'époque .

     Par contre , à l'exception d'une course poursuite à la fin du livre , ce premier roman de la série se caractérise surtout par l'absence de scènes d'action : pas de filature ni de réels dangers pour l'enquêteur. La lecture reste cependant agréable d'autant plus qu'il s'agit d'un premier tome . J'attends donc un peu plus de dynamisme pour la suite et un peu plus de références historiques.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 04:20

 

896630297.jpg

 

     L'énigme du clos Mazarin : roman à lire après "Le maléfice qui tourmentait M. d'Emery" présenté ici Jean d'AILLON ( suite ) et avant "La confrérie de l'Index" , deux nouvelles publiées dans "L'homme au ruban noir".

 

     Une nouvelle enquête est confiée à Louis Fronsac par le Premier ministre de France en personne , Jules Mazarin ancien nonce du Pape à Paris . L'affaire se passe à Aix ( en Provence ) . En janvier 1646 , Jules Mazarin avait signé des lettres patentes autorisant l'extension de la ville d'Aix . c'est une opération immobilière imposée par la situation financière catastrophique de la France . Si la ville d'Aix s'étend , de nouvelles charges administratives et judiciaires seront créées et  mises en vente , cela rapporte beaucoup à l'Etat sans mécontenter le peuple . Plus d'un an après , de faux documents porteurs de vraies signatures et de cachets authentiques circulent . Comme l'opération foncière a été lancée par l'archevêque d'Aix , Michel Mazarin le frère du Premier ministre , le scandale est inévitable , sauf si Louis Fronsac retrouve les vrais-faux documents .

     Le voyage vers Aix sera dangereux et l'enquête promet d'être complexe ( l'ensemble se situe en avril et mai 1647 ) . Louis sollicite donc l'aide de son ami , le perspicace Procureur du roi Gaston de Tilly , et la protection des reîtres Bauer et Gaufredi. Ce dernier est né à Aix et va retrouver avec nostalgie son pays natal .

     Les aventures de Louis Fronsac ont eu jusqu'à maintenant Paris comme scène principale . Ce séjour à Aix permet à l'auteur de nous faire visiter cette cité provençale qu'il connaît bien ( Jean d'Aillon vit à Aix ) et de découvrir des pans de l'histoire de cette région . Le lecteur fait connaissance avec une aristocratie nouvelle et peut décortiquer l'organisation administrative d'une région et d'une ville éloignées de Paris . Une découverte instructive pour le lecteur et aussi  captivantes que les recherches menées par les quatre héros .

     Gaston se souviendra longtemps du voyage vers Aix et de sa rencontre avec une troupe d'acteurs rejoignant l'Illustre Théâtre de Molière . Blessé le voyage retour sera pour lui plus pénible . Gaufredi , réconcilié avec son passé restera à Aix .

     Le couple Histoire / enquête est savamment ordonné et dosé par Jean d'Aillon pour constituer un ensemble passionnant .

 

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 05:55

915165175

 

     Le maléfice qui tourmentait M. d'Emery : mars puis juin 1646 . Louis Fronsac et son épouse Julie sont à Paris pour assister à une pièce de théâtre . Sur les conseils de Jean de La Fontaine , ils ont choisi la représentation d'une pièce dont l'auteur est Savinien de Cyrano de Bergerac . Parmi le public , un auditeur particulièrement attentif , Jean Baptiste Poquelin que Gaston de Tilly avait connu en 1645 ( voir "L'Exécuteur de la haute justice" ). Louis y croise également Françoise de Chémerault , épouse de Monsieur de La Bazinière trésorier de l'Epargne , autrefois surnommée La Belle Gueuse lorsqu'elle était espionne pour le compte de Richelieu. Elle sollicite l'aide de Louis Fronsac. En effet , son amant , Michel Particelli d'Emery , a été roué de coups alors qu'il se trouvait chez Madame de Vervins supposée lui pratiquer des enchantements et des désenvoûtements pour lui permettre de surmonter ses épreuves. Monsieur d'Emery est le contrôleur général des finances et à ce titre est l'homme le plus haï de France en raison d'une multitude d'impôts , droits , taxes et prélèvements fiscaux qu'il faisait lever pour remplir les caisses du Royaume. De plus , alors que le peuple s'appauvrissait , Monsieur d'Emery affichait ses richesses si bien qu'il était soupçonné de détourner des fonds à son profit.

     Voilà donc Louis Fronsac , plus par curiosité , engagé dans une affaire de désenvoûtement qui au final va se révéler très dangereuse pour lui et son ami Gaston de Tilly . Heureusement ils peuvent compter sur l'aide musclée de Bauer et Gaufredi. Une aventure plaisante à suivre dont le contexte est prétexte à Jean d'Aillon pour nous éclairer sur la justice et les finances durant la Régence d'Anne d'Autriche et pour nous révéler des anecdotes de l'époque à travers les confidences de Gédéon Tallemant des Réaux , le banquier et mémorialiste ami de Louis Fronsac.

 

     Si le lecteur souhaite respecter la chronologie , il convient de lire ensuite "L'énigme du clos Mazarin" dont l'action se déroule en avril et mai 1647. "La confrérie de l'Index" dernière nouvelle de "L'homme aux rubans noirs" vient ensuite (octobre - novembre 1647) avant "Le secret de l'enclos du Temple" (décembre 1647 à mai 164 ) . "La malédiction de la Caligaï" se déroule de début avril 1649 aux premiers jours de janvier 1650.

 

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 05:00

915165175.jpg

 

 

     L'enfançon de Saint-Landry :  nouvelle publiée dans "L'homme aux rubans noirs" .

     Par le passé , les nouveaux-nés non désirés étaient abandonnés devant les églises . Au 17ème siècle , à Paris , ils étaient déposés dans des établissements comme l'Hôtel Dieu ou la Maison de la Couche que Vincent de Paul , confesseur d'Anne d'Autriche , avait transformée en Hôpital des Enfants-Trouvés géré par les Filles de la Charité .

     Janvier 1646 , parmi les invités au mariage de son ami Gédéon Tallemant, banquier et mémorialiste , Louis Fronsac rencontre Mathieu Molé , seigneur de Champlâtreux , premier président du parlement de Paris , qui lui demande de retrouver sa petite-fille que sa mère pensionnaire au couvent Saint-Antoine  a été contrainte d'abandonner . Faute de place , l'enfançon n'a pu être recueilli par les soeurs de la Charité , il a  été vendu au port Saint-Landry et sans doute acheté par un mendiant afin d'exciter la charité du public en le faisant pleurer .

     Retrouver vivant un enfantelet durant un hiver particulièrement rigoureux s'avère presque illusoire . Louis Fronsac va être confronté aux plus grandes détresses et misères de l'époque . Il va devoir affronter les dangers mortels de la cour des miracles , lieu infâme situé près des rues Saint-Denis et Montorgueil où chaque soir mendiants , infirmes ou malades retrouvent vie comme ... par miracle et se joignent aux brigands . L'aide musclée de Gaufredi et de Friedrich Bauer ne sera pas de trop pour ressortir du royaume d'Argot .

     Heureusement tout est bien qui finit bien , y compris pour l'enfançon de Saint-Landry .

 

Partager cet article
Repost0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 05:53

 

 

423094930.jpg

 

     L'Exécuteur de la haute justice :  mars à août 1645 . Louis Fronsac et son épouse Julie , enceinte , vivent dans leur seigneurie de Mercy où de grands travaux de restauration ont été entrepris . Ils y reçoivent la visite de Louis de Bourbon , duc d'Enghien , fils du prince de Condé , accompagné de son ami Henri Chabot qui va se marier avec Marguerite de Rohan . Les Rohan sont une puissante famille protestante bretonne apparentée au feu roi Henri IV . Henri II de Rohan a épousé en 1604 Marguerite de Béthune fille du futur duc de Sully . Henri II de Rohan fut un proche d'Henry IV et après la mort du roi , il devint une grande figure de la résistance protestante . Le duc d'Enghien craint à juste titre qu'un frère de Marguerite de Rohan ( fille d'Henri II et de Marguerite de Béthune ) ne soit en vie et ainsi prive son ami Chabot de la fortune de sa future épouse . Il demande donc à Louis Fronsac de retrouver ce Tancrède , héritier présumé des Rohan , réfugié en Hollande puis de prouver qu'il s'agit d'un bâtard comme le dit la rumeur .

     De retour à Paris , Louis retrouve son ami Gaston de Tilly . Celui-ci a démissionné fin mars 1645 de sa fonction de Commissaire de Police du quartier de Saint Germain l'Auxerrois après avoir acheté une charge de Procureur du roi . Il sera désormais chargé d'enquêter sur les affaires criminelles touchant l'Etat . Dans ce roman ,  il effectue des recherches difficiles et dangereuses sur un trafic de vin . Elles l'emmènent à croiser Jean-Baptiste Poquelin , Molière , et sa troupe de l'Illustre Théâtre .

     Louis Fronsac s'efforce de rencontrer celles et ceux qui pourraient le renseigner sur l'héritier des Rohan . Son serviteur , le reître Gaufrédi , se rend en Hollande , à Leyde , ville où Tancrède est censé résider . Louis acquiert peu de certitudes sur cette naissance . Par contre lorsqu'il est victime d'une agression , il soupçonne que cette filiation présumée cache d'autres faits .

     J'ai particulièrement apprécié les explications de Jean d'Aillon sur les emprisonnements à la Bastille , les conditions de détention , le déroulement des jugements , l'entrée en scène de l'Exécuteur de la haute justice pour la mise à mort : échafaud , pilori ou bûcher , et enfin le cimetière Saint Paul où les fossoyeurs enterrent les suppliciés . Tout cela est mené sous l'autorité de Simon Antoine Dreux d'Aubray , lieutenant civil de la prévôté et vicomté de Paris .

     Le hasard et les coïncidences  permettront à Louis et Gaston de mener à bien leurs enquêtes respectives . C'est peut être la place laissée au hasard qui fait que je trouve ce titre est un peu moins bien réussi que les précédents. C'est à la fin de ce roman que Louis Fronsac prend à son service Bauer , mercenaire bavarois , un ancien lansquenet , désormais sans employeur depuis la mort du marquis de Pisani , tué à la bataille de Nordlingen ayant opposé le 3 août 1645 la France à l'Empire germanique .

 

     Suite des enquêtes de Louis Fronsac avec l'enfançon de Saint-Landry dans "L'homme aux rubans noirs .

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 04:52

 

894389955.jpg

 

La licorne assassinée : 

     Janvier 1689 . Le roi d'Angleterre , d'Ecosse et d'Irlande , Jacques II Stuart a fui son pays . Progressivement , il était devenu un despote , exigeant le rétablissement d'une monarchie absolue et un retour à un catholicisme strict . Tant que Jacques II était resté sans héritier , le peuple anglais avait espéré en la succession de son gendre , Guillaume III d'Orange - Nassau , protestant et stathouder de Hollande ( responsable militaire des relations avec l'étranger mais non chargé de l'administration civile ) . Cet espoir est déçu avec la naissance du fils de Jacques II . Guillaume à la tête d'une armée débarque en Angleterre . Sa famille et la cour s'exilent vers la France où règne Louis XIV , son cousin qui seul en Europe lui accorde son aide et son soutien .

     La cour d'Angleterre arrive à Saint Germain où le Château Vieux et ses agrandissements voulus par le Roi Soleil et appelés Château Neuf , ont été laissés libres depuis son installation à Versailles . Alexandre Bontemps , premier valet de chambre de sa Majesté , est chargé d'accueillir les réfugiés anglais . Il ne s'agit pas seulement d'une tâche d'intendance mais aussi d'une mission de protection car on craint les complots et les attentats contre le tout jeune Prince de Galles . Ces craintes sont justifiées , une dague est découverte près du berceau du nouveau-né royal avant que sa nourrice ne soit égorgée .

     Seul , le roi Louis XIV est à Versailles et tient donc un rôle effacé dans le roman , Bontemps doit improviser afin d'éviter le pire . Le suspense est prenant et habilement  mis en scène ... oui , mais :

- le huis clos entre Madame de Powis gouvernante du Prince de Galles , Madame de Montecuccoli dame d'honneur de la reine d'Angleterre , Archibald Crumpett valet anglais et Alexandre Bontemps , donne lieu à de longs dialogues souvent lassants .

- l'épisode de la licorne est habilement amené mais connait un épilogue tellement incroyable qu'il s'avère finalement inutile .

     Heureusement que les hésitations de Bontemps à rendre compte à Louis XIV nous offrent des situations hautes en couleur assorties de succulents dialogues . Il y a aussi la belle écriture de l'auteur et ses solides références historiques . J'ai appris que les bohémiens , à l'époque , étaient appelés "Egyptiens" .

     Ainsi s'achève cette série parfaitement réussie et publiée dans la collection Labyrinthes . Il est possible de retrouver Louis XIV et Alexandre Bontemps sous la plume d'Olivier Seigneur avec le titre "La religieuse de l'obscurité" publié aux éditions J'ai Lu .

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 06:07

 

895868429.jpg

 

     Cet ouvrage rassemble cinq nouvelles dont l'action se déroule en 1644 ( première partie ) puis de 1646 à 1647 ( deuxième partie ). Anne d'Autriche est régente de France ( Le futur Louis XIV n'a pas encore dix ans ) . Le cardinal Mazarin est le principal ministre et conseiller de la régente . Louis Fronsac est le héros de ces nouvelles .

 

     La lettre volée : avril 1644 . Une lettre dont le contenu , s'il était divulgué , pourrait se révéler tragique pour la France , a été volée à Paul de Gondi . Ce dernier sollicite Louis Fonsac pour la retrouver . Paul de Gondi et Louis Fronsac se sont connus en 1624 durant leurs études au collège de Clermont . Gondi est devenu évêque coadjuteur de l'archevêché de Paris , un archevêché d'une importance majeure pour un administrateur d'une grande habileté . Pourtant Paul de Gondi déteste sa carrière religieuse . Il aimait les femmes , il ne refusait pas les intrigues politiques pouvant faciliter ses ambitions . Paul de Gondi fut longtemps soupçonné d'avoir été évêque sans avoir prononcé ses voeux de prêtre .

     L'enquête de Louis Fronsac s'annonce difficile devant le manque d'indices et risquée puisque Mazarin exige qu'il abandonne ses recherches . En le suivant , accompagné par Gaufredi et Gaston de Tilly , le lecteur visite l'île de la Cité à Paris et explore les arcanes du pouvoir et ses relations avec la religion catholique.

 

     L'héritier de Nicolas Flamel : mai à juillet 1644 . Nicolas Flamel fut un alchimiste dont les longues recherches sur la transmutation hermétique auraient abouti en 1382 à la transformation de mercure en argent et surtout à la transformation de plomb en or ! Mai 1644 , un livre original de Nicolas Flamel a été dérobé à la bibliothèque du couvent des Minimes à Paris . Les soupçons du père Marsenne et du père Nicéron se portent sur Nicolas Perrier . Ils demandent à leur ami Louis Fronsac d'enquêter et de retrouver ce livre d'alchimie d'une valeur inestimable .

     Nicolas Perrier est orfèvre . Il prétend être un descendant de Nicolas Flamel dont il est un inconditionnel des recherches en alchimie . Louis Fronsac va mettre à jour plus d'interrogations que de preuve sur la culpabilité de Nicolas Perrier . D'où vient sa fortune ? Pourquoi fait-il l'objet d'une surveillance étroite ? Quelles relations entretient-il avec son beau-frère receveur des tailles de l'élection de Paris et également à la tête d'une fortune suspecte ?

     L'enquête de Louis Fronsac aidé de Gaston de Tilly et de Gaufredi repose sur des recettes efficaces : filatures , fouilles , perquisitions , avec de multiples rebondissements . La lecture de cette nouvelle se révèle donc particulièrement prenante . Si on y ajoute le mystère lié à l'alchimie et les instructifs apartés sur la collecte des impôts , le succès est total .

 

     La deuxième partie de cet ouvrage couvre la période 1646 - 1647 . Pour rester fidèle à la chronologie , on peut recommander la lecture de "L'Exécuteur de la haute justice" qui se passe entre mars et août 1645 .

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 06:06

 

894162388.jpg

 

     Le sang du Trianon :  fin 1687 , la construction d'un nouveau Trianon bat son plein d'après les plans de Jules Hardouin - Mansart . Le Trianon de porcelaine que Louis XIV avait fait construire à partir de1670 est détruit . Il avait abrité les amours du Roi Soleil et de sa favorite , Madame de Montespan. Puis la Montespan a été écartée . La reine Marie - Thérèse est décédée en 1683 . Louis XIV a épousé secrètement Madame de Maintenon qui bien qu'elle ne soit pas reine de France , a une influence considérable sur le monarque . En mariant habilement la crainte de la damnation éternelle , elle a mené Louis XIV et la cour sur le chemin d'une profonde dévotion . Le roi a révoqué l'Edit de Nantes en 1685 . Par contre , Louis XIV n'a pas été suivi par son frère , le duc d'Orléans mène une vie dissolue et jugée scandaleuse auprès de jeunes gens .

     Ce roman nous conte tout d'abord l'histoire de Catherine de Roquefeuille , servante à la cour , protestante , désireuse de s'exiler comme beaucoup de ceux pratiquant la religion prétendue réformée et qui ont peur depuis la révocation de l'Edit de Nantes . Et en alternance , l'auteur nous présente la Roi Soleil , malade , indécis , presque faible face à son frère et à Madame de Maintenon . Sur le chantier du Trianon le roi est victime d'apparitions , il croit voir le visage et la silhouette du fils qu'il a eu avec sa favorite Louise de la Vallière et mort quatre ans plus tôt au combat à l'âge de 16 ans . Ce fils , comte de Vermandois , vient-il se montrer à son père pour lui reprocher de l'avoir envoyé sur les champs de bataille ? Est-ce son sang que le roi croit voir ruisseler sur l'un des murs du nouveau Trianon ? Mis dans la confidence , Alexandre Bontemps premier valet de chambre du roi , est impuissant à aider louis XIV , monarque absolu , tantôt émouvant , profondément humain , nostalgique , parfois comique mais jamais ridicule .

     Certes le final souffre de son peu d'originalité et la solution des énigmes manque de véracité , mais l'auteur nous offre un très bon moment de lecture en nous présentant une facette inhabituelle et attachante de Louis XIV .

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 05:35

 

896441109.jpg

 

     Le cadavre anglais :  Paris , février 1777. Une macabre découverte vient troubler la nuit de permanence glaciale de Nicolas Le Floch , commissaire au Grand Châtelet . Le cadavre d'un inconnu a été trouvé dans une rue mal éclairée à proximité du Fort-l'Evêque . Une évasion semble avoir mal tournée , la corde faite de draps noués a cédé alors qu'un prisonnier tentait de s'enfuir de son cachot . Mais qui est-il ? Même le gouverneur de la prison et le lieutenant général de Police , Le Noir , ignorent tout de lui ! L'examen attentif et rigoureux du cadavre de l'inconnu et de sa cellule apporte peu d'éléments . Tout semble faire croire que l'homme désirait dissimuler son identité en ne portant aucun signe particulier . Un petit papier est bien découvert , mais l'inscription qu'il porte , faite de mots et de lettres sans signification apparente , ne fait qu'accentuer le mystère .

     Mais le commissaire de police Le Floch , aidé par l'inspecteur Bourdeau , est tenace et visionnaire dans la manière de mener une enquête : reconstitution , tests chimiques , le visage de l'inconnu est portraituré par un habile artiste afin de tenter de découvrir son identité en montrant partout dans Paris son portrait , et bien sûr une autopsie du corps est menée par Guillaume Semaggus , ancien chirurgien de marine , et Charles Henri Sansom, bourreau de Paris , improvisés pour l'occasion médecins - légistes . Ces expériences permettent de découvrir d'infimes détails : c'est un crime qui a été commis !

     Quel plaisir de se retrouver dans une enquête des plus passionnantes avec des personnages  familiers : Nicolas Le Floch , commissaire efficace et homme nostalgique de son passé , son fils Louis , page de la Grande Ecurie du Roi et dont la mère Antoinette Gobelet , dite La Satin , vit en Angleterre , Monsieur de Sartine , ministre de la Marine et dont le comportement surprend et enfin Monsieur de Noblecourt dont la table est toujours aussi bien garnie et l'occasion de disserter sur l'actualité de l'époque , évènements devenus aujourd'hui Histoire .

     En 1777 , la reine Marie - Antoinette qui mène une vie insouciante , est criblée de dettes . Son entourage cherche à discréditer "l'Autrichienne" et à monter son pays contre la France . Le roi Louis XVI s'interroge sur l'opportunité de soutenir les insurgents des colonies anglaises d'Amérique . Prendre le parti de Benjamin Franklin et de Georges Washington équivaudrait fatalement à ouvrir les hostilités avec les anglais . Et puis il y a Paris où l'univers de la misère côtoie les palais des rois avec un peuple , menace diffuse , prêt à former une vague révolutionnaire .

     Cette 7ème enquête de Nicolas Le Floch se déguste avec toujours autant de plaisir . Très bien documenté , très bien écrit , cet excellent scénario procure un ravissant moment de lecture .

Partager cet article
Repost0